Accusé d’injures par le FN, l’adjoint PS sera jugé

800-440px-Cotta-Bouchet

Article de Ouest-France du 29 septembre 2017


L’adjoint au maire Christophe Cotta a été mis en examen pour diffamation. Il explique sa position : « Je ne me déroberai pas. »

L’histoire

L’affaire des tweets échangés en 2016 par l’adjoint chargé des espaces publics et le conseiller municipal Front national Gauthier Bouchet devrait avoir une issue judiciaire. Voici quelques jours, les deux acteurs de ce dossier chaud ont été informés de la validation de la procédure. Elle avait été engagée par l’élu d’extrême droite devant le tribunal de Paris, compétent en matière de diffamation sur les réseaux sociaux. Conséquence, il devrait y avoir un procès, probablement en 2018.

Les juges parisiens commenceront par découvrir un petit animal bien connu du marais de Brière et des étangs nazairiens. Le 20 mai 2016, en séance du conseil municipal, une délibération sur la lutte contre le ragondin a donné des idées à l’élu FN. Il avait comparé les socialistes à « des ragondins, vivant comme des nuisibles dans le marais ».

Christophe Cotta avait réagi à froid par un tweet évoquant la similitude entre l’allusion de Gauthier Bouchet et la rhétorique de Goebbels, l’homme de la propagande nazie, qui représentait dans ses films les juifs en rats sortant des égouts. Dans ce premier message, l’adjoint socialiste qualifiait Gauthier Bouchet de « facho ». Ce dernier avait répondu sur un ton badin: « Filou, j’ai dit que vous étiez pires. » (que les ragondins, NDLR). Christophe Cotta avait conclu : « Le nazillon assume. » Les deux tweets de l’adjoint justifiaient pour le FN la plainte pour injure publique.

Conseils houleux

Cette évolution récente du dossier judiciaire viendra-t-elle sur la table du conseil municipal de ce vendredi ? Depuis l’entrée des élus FN dans l’assemblée, il n’y a pas une séance sans attaque ou contre-attaque parfois hors des limites du débat acceptable. Au conseil municipal de juin 2016, Gauthier Bouchet était revenu à la charge lors d’une délibération sur les déchets enterrés, assumant « le tri sélectif des élus ». Pour Christophe Cotta, « Gauthier Boucher veut oublier sa défaite politique de n’avoir jamais réussi à nous faire croire que le FN n’est pas un parti d’extrême droite. »

L’élu qui devra répondre d’injure estime toujours que « le vocabulaire de monsieur Bouchet illustre parfaitement sa pensée et son inspiration, qui trouve sa source dans les pires heures et chez les pires hommes de l’Histoire. » Si le procès en diffamation a bien lieu devant les juges parisiens, Christophe Cotta défendra cette position : « Je ne me déroberai pas à mes responsabilités. »

► SUR CE MÊME THÈME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *