Bruno Retailleau, sa « dette cachée » et ses promesses impossibles

800-440px-PSLR

Communiqué de presse du groupe Front national-Rassemblement Bleu Marine au conseil régional des Pays de la Loire

Bruno Retailleau accuse Christophe Clergeau. Un audit a révélé 485 millions de « dette cachée », correspondant à des engagements de la précédente majorité qui n’ont pas été budgétés, ce qui met gravement en péril la capacité d’investir du conseil régional, selon le quotidien Ouest France, en date du 26 février 2016. Pour autant, nier la responsabilité de la droite dans ce bilan ne nous semble pas acceptable.

Bruno Retailleau, durant sa campagne, était favorable, en accord avec le Parti socialiste, au projet aéroportuaire de Notre-Dame-des-Landes. C’est pourquoi il lui fallait à tout prix masquer la réalité : reconnaître publiquement que la Région n’avait plus les moyens de financer ce projet, et toutes les infrastructures qui l’accompagnent (entre 3 et 4 milliards d’euros), ce qui l’aurait placé devant une contradiction fâcheuse. Monsieur Pinte, nouveau vice-président du conseil régional aux Finances, siégeait déjà dans la commission comme, en qualité d’opposant. Il paraît peu crédible qu’il n’ait rien constaté. Bruno Retailleau a donc « ignoré » le rapport de la Chambre régionale des comptes (lire en pièce jointe les pages 6 à 9) qui avait déjà pointé ce report de dépenses, afin de maintenir des promesses électorales irréalistes et désormais, selon ses propres mots, « caduques », car impossibles à financer.

Un constat s’impose : il y a eu double dissimulation, celle de la gestion budgétaire de la gauche, celle de l’omission par la droite de cette dette reportée mais dévoilée par la Chambre régionale des comptes, ceci pour se parer d’un projet sans visibilité budgétaire réaliste, celui de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Le Front national attend des explications de la part de la nouvelle majorité, tout comme de l’ancienne, car la classe politicienne traditionnelle est en faillite budgétaire et morale dans les Pays de la Loire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *