Conseil municipal de Saint-Nazaire : interventions du 25 mars

800-440px-ElusSNBM

Interventions de Gauthier Bouchet et Stéphanie Sutter en séance du conseil municipal de Saint-Nazaire, séance du vendredi 25 mars 2016

Délibération n° 2

Administration municipale — Indemnités de fonctions allouées au maire, aux adjoints et aux conseillers municipaux — Modification — Attribution

Gauthier Bouchet

Seul le prononcé fait foi.

Monsieur le maire, mes chers collègues.

Cette délibération concernant les indemnités de fonction de nos élus nous amène à quelques remarques. À l’examen de ce tableau, nous prenons acte du fait, effectivement, que nous travaillons à enveloppe constante, que ces indemnités restent inchangées, en dépit de vœux répétés de notre groupe, depuis deux ans, qu’elles soient revues à la baisse.

Nous ne sommes décidément pas du même monde, tant nous comprenons mal ce qui peut justifier 3000 euros, 4000 euros ou même 4500 euros mensuels pour ces indemnités, qui viennent de plus parfois s’ajouter à celles d’un mandat au conseil communautaire. Nos interrogations demeurent également sur le fait que le poste de premier adjoint soit, encore à ce jour, mieux indemnisé que celui du maire. Nous aimerions avoir un éclaircissement à ce sujet.

L’argent « facile » est-il donc le seul motif d’engagement de cette majorité ?

Nous pouvons nous poser la question, lorsque nous constatons, au-delà du maintien des indemnités à leur niveau initial, que, en dehors du maire et de ces adjoints, l’ensemble des conseillers municipaux de la majorité bénéficient de délégations. Ils ont ainsi d’une indemnité de 545 euros qui ne paraît être justifiée que par l’attribution de ces différentes délégations, excessivement nombreuses à notre sens, puisque l’on en recense dix-neuf.

Astucieusement, la Mairie a donc attribué ces dix-neuf délégations thématiques à l’ensemble des conseillers municipaux de la majorité, en dehors des adjoints, alors que nombre d’entre elles auraient pu être rassemblées dans des ensembles plus larges. Qu’est-ce qui vient justifier, par exemple, que les thématiques de l’environnement et du cadre vie soient éclatées en quatre délégations : « Consommation responsable et échanges équitables », « Espaces verts, naturels et de proximité », « Déplacements doux », « Propreté de la ville » ? Il n’y a pas grand-chose qui justifie, apparemment, que ces délégations soient scindées sinon éventuellement le fait de donner un petit hochet à chaque maillon de l’union de la gauche.

Ainsi mises en place en tout cas, ces délégations légitiment en retour ce taux d’indemnité à 545 euros. Et qu’est-ce l’on ne ferait pas pour faire plaisir aux copains, finalement ? Tout cela fait cher payé pour entendre les ânonnements de madame Deniaud, la candeur de monsieur Renévot ou le silence de monsieur Lecomte. Finalement, nous nous demandons même si les élus du Front national ne sont pas ceux qui coûtent le moins cher à la collectivité, entre leur assiduité en séances, leur nombre d’interventions… et la pertinence de celles-ci, bien sûr.

Quant aux autres, élus de la majorité, les Nazairiens jugeront si ce nombre de délégations est normal, et s’il est normal de même qu’un certain nombre desdits élus touchent mensuellement une indemnité qui n’est pas anodine, qui est l’équivalent de la moitié d’un SMIC, en prenant rarement voire jamais la parole… Le groupe Saint-Nazaire Bleu Marine estime pour sa part tout à fait anormale cette situation et s’abstiendra bien sûr d’approuver cette délibération, très éloignée de son programme en la matière, de baisse des indemnités et, plus généralement, de baisse des coûts de fonctionnement de nos collectivités, aussi bien de la Ville de Saint-Nazaire que notre communauté d’agglomération.

Nous ne rappellerons pas ici nos mesures passées, tout en indiquant quand même qu’à chaque fois nous proposons des économies qui sont de l’ordre du million d’euros. Mais il est des économies que cette majorité de gauche, par dogmatisme, ne veut pas entendre parler. Eh bien, il lui en coûtera cher de scrutin en scrutin. Et nous prévoyons déjà l’érosion de son capital… électoral.

Monsieur le maire, mes chers collègues, je vous remercie pour votre attention.

Délibération n° 27

Subventions et contributions à diverses œuvres, sociétés ou associations — Examens et demandes

Stéphanie Sutter

Seul le prononcé fait foi.

Monsieur le maire, mes chers collègues.

Ce vote relatif aux subventions associatives soulève quelques observations de notre part. La majorité en vient désormais à un plus grand effort de « classification » des types d’associations, ce qui va indéniablement dans le bon sens. Et pourtant, nous en restons à mi-chemin, toujours tributaires d’une logique de vote en bloc de ces subventions, par lequel des associations de nature très différentes sont regroupées dans un même ensemble. Ainsi, il n’est pas possible de procéder à un choix circonstancié d’associations que l’on souhaiterait ou non subventionner. Et le bon grain se retrouve mélangé à l’ivraie…

Inlassablement, le Front national appelle donc cette majorité à venir progressivement à la logique du vote « dissocié » par laquelle le vote des différentes subventions associatives se ferait par type d’associations. Certes, cela rallongerait nos séances, mais l’examen des subventions serait plus objectif.

En l’attente de changements de votre manière de faire, nous ne pouvons — hélas ! — que nous abstenir de voter ces subventions…

Merci de votre attention.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *