Compromis ou souveraineté ?

Communiqué de presse de Gilles Lebreton, député français au Parlement européen

   « Le principe de la démocratie, c’est le compromis. » Cette déclaration émane de M. Weber, représentant du PPE (auquel appartient l’UMP) au Parlement européen, qui l’a faite en séance plénière le 15 juillet 2014.

   Elle est radicalement fausse. Le vrai principe de la démocratie, c’est la souveraineté du peuple. Ce que rappelle la Constitution française du 4 octobre 1958, dont l’article 2 reprend la fameuse définition de la démocratie donnée par Abraham Lincoln: « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple« .

   Mais pour qu’il y ait souveraineté du peuple, et donc démocratie, il ne suffit pas d’organiser des élections, encore faut-il qu’il y ait un « peuple », c’est-à-dire une nation voulant assumer une communauté de destin.

   Or ce n’est pas le cas de l’Union européenne, pseudo-démocratie qui ne repose sur l’existence d’aucun peuple européen, et qui parvient de moins en moins à convaincre les nations européennes de sa légitimité.

   Monsieur Weber a donc commis une confusion en assimilant l’Union européenne à une démocratie. « Le principe de l’Union européenne, c’est le compromis.« , voulait-il dire. Affirmation qui, ainsi formulée, est exacte, car en l’absence de souveraineté du peuple, seul un système de compromis incessant peut sauver provisoirement une union artificielle que les nations européennes finiront par congédier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *