Compte-rendu : conseil mun. de La Baule

Compte-rendu de la séance du 12 septembre 2014 du conseil municipal de La Baule, par Didier Vernet

Vendredi dernier, en fin de conseil, arrivent les questions diverses. Je m’attends à ce que le maire UMP rende hommage à un jeune professeur baulois, fusillé il y a tout juste 70 ans par les Allemands et dont la maison se trouve à 200 mètres de la mairie. Il y a quelques années, on a posé une plaque commémorative sur sa maison et une rue de notre ville porte son nom. Il aurait eu cent ans cette année.

Mais les soi-disant héritiers du gaullisme n’en parlent pas. Je me dis alors que les élus socialistes, eux, ne vont pas manquer l’occasion de rappeler le drame, d’autant que la mairie socialiste de Saint-Nazaire, ville voisine où il a été fusillé, vient de décider de renommer un boulevard en son honneur. Mais les élus de gauche ne disent rien non plus.

Et c’est donc moi, l’élu du Front national, qui dois rappeler qu’un jeune professeur résistant, athée et communiste, Jean de Neyman, est mort à trente ans pour avoir défendu son pays.

Parmi d’autres actions exceptionnelles, ce jeune téméraire avait porté un courrier à la Kommandantur de Guérande, habillé en uniforme de l’ennemi, et avait ainsi fait libérer dix otages. Il fut plus tard arrêté pour avoir aidé deux jeunes déserteurs allemands – dont l’un finit par le dénoncer sous la torture – et avait endossé toute la responsabilité des sabotages commis par son réseau, ce qui lui valut une condamnation à mort. En un mot, il avait accompli pour son pays ce que peu d’entre nous oseraient faire, moi y compris.

Et je me suis alors posé la question, en entendant la réponse évasive du maire, plus habitué aux questions techniques et aux querelles de chiffres : qui dans cette salle faisait encore de la politique pour l’honneur et la défense de son pays ?

Le maire, Yves Métaireau a eu une réponse étonnante. Il m’a répondu que ça relevait du national et pas du local ! Je pense qu’il voulait dire que ça relevait du théorique, des principes et des belles idées et non pas du technique et du concret municipal. C’est le fossé qu’il y a entre nous, entre le FN et l’UMP. Ce sont des « collaborateurs » consciencieux d’un projet plus vaste qui ruine notre pays, dont ils feignent d’ignorer les dégâts et dont ils ne se sentent jamais responsables. Quant aux autres conseillers, ça passait très loin au-dessus de leurs têtes.

Entendons-nous bien : je ne défends pas le communisme. On sait les millions de morts que cela a entraînés. Mais celui qui donne sa vie pour son pays mérite simplement le respect des autres patriotes. Or, le patriotisme est tout de même une valeur qui se perd, malheureusement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *