Dans la Région Pays de la Loire, l’Histoire à sens unique

800-440px-Neveux

Communiqué de presse de Brigitte Neveux, vice-présidente du groupe Front national-Rassemblement Bleu Marine au conseil régional des Pays de la Loire


En tant que membre de la commission Culture du conseil régional des Pays de la Loire, présidée par madame Laurence Garnier (laquelle qui a brillé par son absence), je tenais à assister le 10 mai 2017 à cette journée de rencontre au sujet de la traite négrière.

Pendant plus de deux heures, des lycéens accompagnés de leurs professeurs se sont vu réciter des poèmes et lire des passages de textes historiques relatant les horreurs de l’esclavage, insistant bien sur ces français qui se sont enrichis grâce au commerce du « Bois d’ébène ». Ce passé doit être regardé en face. Cela étant, pourquoi les jeunes français devraient-ils subir ces séances d’autoflagellation, pour des actes commis par quelques familles bourgeoise de Nantes au XIXe siècle, et non par eux, et alors même que la France a aboli l’esclavage depuis 1848 ?

Le problème, c’est que c’est toujours l’Histoire à sens unique. Jamais on ne leur parle de la traite organisée par les Arabes, qui a commencé après la mort de Mahomet, à partir de 622 et s’est poursuivie jusqu’au XXe siècle. Jamais on ne leur parle de la traite intra-africaine qui remonte au XIe siècle et qui progressé jusqu’au XIXe (quatorze millions d’Africains réduits en esclavage). Et que dire aujourd’hui de l’esclavage moderne, du travail des enfants, et de ces néo-esclaves que l’on fait travailler comme des bêtes aux Émirats et au Qatar ? C’est l’Histoire à deux vitesses.

Le groupe Front national-Rassemblement Bleu Marine au conseil régional demande à l’exécutif régional de ne pas renouveler ces séances d’autoflagellation, où l’on enseigne aux jeunes français une histoire honteuse et sélective, qui justifie ensuite auprès de certaines populations tous les fondamentalismes anti-européens, dont celui de l’islamisme terroriste, et empêche leur assimilation dans la communauté nationale. L’Histoire de France a ses parts d’ombre, mais elle est avant tout glorieuse et nos jeunes méritent qu’on la leur enseigne sans arrière-pensée idéologique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *