Saint-Nazaire le magazine

Février 2016

Les « stratèges nazairiens »

Nous souhaitons aux Nazairiennes et aux Nazairiens une très bonne année 2016. David Samzun, lui aussi, formule des vœux pour Saint-Nazaire. Et il vient de sortir un chouette lapin de son chapeau pour les accompagner : le projet stratégique.

Voté à la majorité le 18 décembre dernier, ce projet censé être déployé jusqu’en 2024 se veut l’idée de la décennie. Samzun, maire « bâtisseur », veut s’en convaincre… Le FN n’est pas convaincu. Il n’a pas voté pour.

Bien sûr, tout ne peut être critiqué dans ce projet. Certains investissements sont nécessaires, de la rénovation du Front de mer, des Archives municipales et de la gare, à la transition énergétique, en passant par l’appui au droit de pétition. Mais beaucoup sont facultatifs. Et l’ensemble demeure flou.

Pour autant, n’allez pas dire au maire et à son équipe que ce projet ne mérite ni l’émerveillement des Nazairiens, ni le vote de ses représentants. Les « stratèges » savent ce qu’ils font ! Ils affirment dur comme fer geler les impôts locaux, alors que Nantes, « ville-modèle » du PS, les fait exploser. Ils mettent 1,4 million d’euros dans les conseils de quartiers… mais changeront leur règlement en 2017, pour en exclure le FN.

Stratèges ? Combinards !

Janvier 2016

Unis contre les ennemis de la France

Les événements dramatiques du 13 novembre dernier, durant lesquels 130 de nos concitoyens ont perdu la vie, sous les balles du terrorisme, nous imposent un devoir d’union nationale. Certes, la Mairie de Saint-Nazaire, jusque sur son parvis, semble avoir affiché un message allant dans le sens de cette même union. Attention cependant ! L’appel de la Mairie s’avère être un puissant trompe-l’œil… Une fois de plus, les Nazairiennes et les Nazairiens ont été floués.

D’ailleurs, nos élus l’expliquaient en séance du conseil municipal, le 27 novembre dernier. Notant qu’il fallait être « tous unis », nous demandions alors au maire « Tous unis contre qui, et pour faire quoi ? ». Monsieur Samzun n’a jamais répondu à cette question. Le Front national sait pour sa part ce qui doit unir la France.

Notre Nation est unie contre un ennemi, lequel nous a déclaré la guerre. Cet ennemi s’appelle le fondamentalisme islamiste. Pour lui, le Djihâd devient un effort de guerre destiné à tuer la France, braqué contre notre pays comme les canons tueurs du Bataclan.

Il aurait été courageux que le maire, répondant à notre question légitime — l’union contre quoi ? — évoque clairement la menace. Mais une fois de plus, il est demeuré aveugle.

Le FN, lui, sait voir. Nous seuls éclairons les Français sur les dangers qui pèsent sur leur pays.

Octobre 2015

Culture : le deux poids-deux mesures

Il est de bon ton d’accuser le Front national de combattre la culture. Ces critiques sont communes chez les socialistes. Et pourtant, la municipalité n’en semble pas exempte, comme semble le prouver sa politique d’abonnements à la médiathèque municipale.

Dans la mesure où nos élus y sont tous abonnés, nous avons pu constater, d’une part l’omniprésence de titres de presse clairement affichés à gauche — Libération, L’Humanité — mais aussi, en écho, l’absence d’autres parutions ne s’en revendiquant pas, comme Valeurs actuelles.

Entendons nous bien. « Valeurs » n’est pas un ami du Front national. Monsieur de Kerdrel émarge bien davantage aux Républicains, attendant beaucoup de retombées commerciales certaines si Nicolas Sarkozy revenait à la présidence en 2017. Mais enfin, ce type de choix révèle un manque de pluralité démocratique, même — et peut-être surtout — dans une ville de gauche.

Surtout, la politique des abonnements, au prétexte de médiocres arguments financiers, ne nous semble pas la bonne. Il paraît anormal, pour rajouter un titre, de devoir en supprimer un… Il faudra donc y revenir.

Septembre 2015

Rendre à Saint-Nazaire sa sécurité

En juin, le vote du plan de sécurité et de tranquillité publique au conseil municipal aura levé le masque. Du fait de l’abstention des élus PC et ÉELV, comme de l’opposition des groupes de droite, il n’y aura eu que le FN pour se porter en faveur de la proposition du PS défendue par Violaine Lucas, axée notamment sur la vidéo-protection et la mise en place d’une police municipale.

Que n’avions-nous pas fait ! Mme Lucas s’empressa de préciser au seul groupe d’opposition ayant voté cette délibération, qu’elle leur était « viscéralement opposée ». Ce rappel que le FN ne saurait faire partie de l’arc républicain, nous y sommes habitués. Un peu plus d’un an après l’arrivée de nos trois élus au conseil municipal de Saint-Nazaire, nous entendons encore les reproches faits aux FN de parler dans ce conseil de politique nationale, par ceux qui attaquent systématiquement sur des points de… politique nationale, avec un fond commun d’accusations : xénophobie, démagogie, intolérance, etc.

Ces attaques, Les Nazairiens, nous le savons, les tolèrent beaucoup moins. Plus de 18 % d’entre eux votent désormais pour le FN. Ils manifesteront une fois de plus en décembre leur mécontentement dans le cadre des élections régionales, avec notamment comme doléance… celle du manque de sécurité dans notre ville.

Juin 2015

Une année d’opposition constructive

Le 4 avril dernier, notre groupe « fêtait » le premier anniversaire de son entrée au conseil municipal de Saint-Nazaire. Par leur arrivée dans cette instance à laquelle ils n’avaient jamais pu participé de leur histoire, les militants du Front national ont bien sûr dérangé la majorité en place.

Mais nos trois élus n’en attendaient pas moins ! Depuis un an, Saint-Nazaire Bleu Marine mène l’opposition constructive à la municipalité d’union de la gauche de David Samzun. Quelques rares projets d’intérêt – vraiment – collectif, à l’instar du plan d’aménagement de notre centre-ville, et des moments de concorde ressentis ça et là, depuis les commémorations patriotiques jusqu’à la Marseillaise de protestation contre les attentats islamistes, ont certes marqué l’union de tous les élus dans l’épreuve.

Et cependant, nous sommes des élus d’opposition. Rien, ou presque, ne nous va dans la gestion de monsieur Samzun. Le maire accuse nos élus de trop parler de politique nationale. C’est un comble pour celui qui applique scrupuleusement la feuille de route libérale du gouvernement, feignant de se plaindre de la baisse des dotations publiques, et devançant même sa politique sur les rythmes scolaires.

Samzun fait du socialisme ? Nous avançons ! Lorsque nous proposons la réduction des indemnités d’élus, l’arrêt des subventions indues à des organismes communautaires ou étrangers, par notre opposition à la métropole et l’agence de développement Nantes-Saint-Nazaire, avec notre mise en garde contre la désertification commerciale et culturelle du centre-ville, en préférant la Fête de l’Industrie à celle de l’Europe, ou par notre appel au gouvernement à crever l’abcès des BPC par leur livraison à la Russie… nous faisons avancer le débat en faveur des Nazairiens d’abord.

Avril 2015

L’environnement est important, mais l’emploi est primordial

Nous entendons déjà pester contre la participation du FN à la manifestation du 7 mars, aux côtés de dockers… Les écologistes n’ont pas seuls le monopole de la défense de la vasière de Méan, ni de l’environnement ! Mais, pour nous, si protéger, valoriser et pérenniser notre environnement est important, l’emploi est primordial.

L’extension du port est une nécessité. À Saint-Nazaire si, hélas, le béton avance, il n’asphyxie pas encore nos paysages et nos modes de vie. À cent mètres de cette vasière, commence la Brière.

L’intégrité de la biodiversité locale n’est donc pas menacée. Mais c’est au marais briéron qu’il faut s’intéresser.

Plutôt que de manifester contre l’emploi, il y aurait lieu de combattre le fléau de la jussie en Brière, auquel depuis des décennies, personne, à droite ou à gauche, ne veut s’attaquer. Élus demain dans les assemblées locales, nous déracinerons la jussie… et les socialistes en prime.

À nos opposants, dont l’écologie n’est qu’une science punitive et anti-industrielle, nous rappelons que la nôtre est une philosophie patriote au service de la réindustrialisation de nos territoires, la relocalisation des flux économiques et humains.

Février 2015

Non, le FN n’est pas extrême

Le contexte des attentats terroristes de janvier, 17 Français tués parce qu’artistes, policiers, juifs, nécessite par sa gravité la plus grande retenue. Dans les heures qui suivaient la tuerie de Charlie Hebdo, nos élus témoignaient leur indéfectible soutien aux familles des victimes. Dans le même temps, durant une minute de silence, les Nazairiens ne faisaient plus qu’un, lors des vœux au Théâtre. Les deux manifestations dans nos rues témoignaient pour leur part d’une même indignation.

L’opposition constructive que nous assumons devant les Nazairiens nous fait reconnaître que les hommages du maire furent dignes. Les accents de sincérité qui ont accablé le visage de monsieur Samzun ne peuvent tromper. Mais quant aux mots !… Ils n’ont pas toujours été à la hauteur. Les attentats frappaient le 7 janvier. Le 6 au soir, à Penhoët, notre maire mettait en garde contre les extrémismes, sous-entendant, « le FN ». Le 7, malgré les attentats ayant décimé Charlie, il renouvela sa charge anti-FN.

Ne polémiquons pas. Mais le FN n’est comptable en rien de la situation dramatique qu’a vécue notre Nation le mois dernier. Il fallait nommer les choses : le fondamentalisme islamiste, cet islam devenu fou… et meurtrier.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *