Nantes

Tête de liste

Christian Bouchet

Les soixante-cinq noms de la liste municipale Nantes Bleu Marine, conduite par Christian Bouchet

  1. Christian Bouchet, enseignant ;
  2. Andrée Duroux, en formation ;
  3. Alain Avello, enseignant ;
  4. Patricia Le Moal, commerciale ;
  5. Jean de Mascureau, commerçant ;
  6. Cindy Drici, femme au foyer ;
  7. Arnaud de Rigné, étudiant ;
  8. Anne Etourneau, administrateur de sociétés ;
  9. Philippe David, retraitée ;
  10. Candice Lam, employée ;
  11. Jean-Marc Germaine, médecin généraliste ;
  12. Isabelle Chatelain, infirmière ;
  13. Charles Le Goaster, étudiant ;
  14. Marie-Henriette Lamy, retraitée ;
  15. Gauthier Dano, employé ;
  16. Françoise Drillaud, femme au foyer ;
  17. Gabriel Metterie, traducteur ;
  18. Majda Benamor, employée ;
  19. Gabriel Bouhier, dentiste ;
  20. Marie-Christine Farge, employée,
  21. Philippe André, fonctionnaire ;
  22. Françoise Choplin, cadre du privé ;
  23. Maxime Talavera, chef d’entreprise ;
  24. Patricia Leca, employée ;
  25. Anthony Bâlé, VRP ;
  26. Marie Boursier, employée ;
  27. Stéphane Noblet, commercial ;
  28. Denise Ballus, femme au foyer ;
  29. Benjamin Rousset, employé ;
  30. Jacqueline Millequant, cadre du privé ;
  31. Laurent Burgaud, employé ;
  32. Marie-Josèphe Juet, retraitée ;
  33. Félix Cloud-Bourrières, VRP ;
  34. Valentine Chollet, employée ;
  35. Claude Joffrion, commerçant ;
  36. Jeanne Roux, femme au foyer ;
  37. Raphaël Huyum, cadre du privé ;
  38. Aurélie Fouasson, cadre du privé ;
  39. René Lelou, employé ;
  40. Louise Maisonneuve, pharmacienne ;
  41. Cédric Sonnet, directeur d’entreprise ;
  42. Claudine Hervieu, retraitée ;
  43. Jérôme Roze, employé ;
  44. Angèle Bonnet, femme au foyer ;
  45. Enguerrand Maisonneuve, personnel de santé ;
  46. Alicia Thapon, étudiante ;
  47. Ivan Zaluzec, fonctionaire ;
  48. Irène Baudon, retraitée ;
  49. Claude Lefebvre, cadre du privé ;
  50. Cécile Cayeux, retraitée ;
  51. Denis Hayer, retraité ;
  52. Jacqueline Bauny, femme au foyer ;
  53. Dominique Bernier, cadre du privé ;
  54. Colette Barguillet, retraitée ;
  55. Roger Tesson, chef d’entreprise ;
  56. Françoise Charriaud, retraitée ;
  57. Henri Attimont, cadre supérieur ;
  58. Anne Goguet, retraitée ;
  59. Daniel Lailheugue, cadre du privé ;
  60. Chantal Demory, femme au foyer ;
  61. Régis Pierrache, retraité ;
  62. Ghyslaine Maussion, femme au foyer ;
  63. Paul Hilléreau, chef d’entreprise ;
  64. Christiane Lentge, femme au foyer ;
  65. Pierre Peraldi, officier en retraite, ancien conseiller municipal de Nantes (1995-2001)

Ses 55 propositions pour Nantes

Introduction

     L’introduction de l’ouvrage collectif Sociologie de Nantes décrit comment, depuis les années 1980, « La ville de Nantes s’est embourgeoisée. ».

     Interviewé par l’hebdomadaire Les Inrockuptibles, le même collectif de sociologues établit que cette mutation a été graduelle, qu’elle « explique précisément l’histoire locale de l’hégémonie socialiste » et que la municipalité « s’adresse aujourd’hui en priorité à ces Nantais-là » dans sa politique culturelle, dans sa communication et dans sa vision générale du développement de la ville.

     C’est donc une municipalité socialiste qui a transformé une ville à la composante populaire forte en une cité de bobos, où se vérifie l’analyse du géographe Christophe Guilluy sur l’émergence de la ville mondialisée. Analyse qui démontre que « le mouvement de recomposition sociale des métropoles ne se résume pas à un simple processus d’embourgeoisement. Il s’accompagne aussi d’un renouvellement des couches populaires grâce à l’arrivée de populations issues de l’immigration. La sociologie traditionnelle héritée de l’ère industrielle s’efface peu à peu pour laisser la place à une sociologie issue du développement métropolitain et de la mondialisation. Ce double mouvement de gentrification et d’immigration participe à un processus de substitution de population complexe, où les couches populaires traditionnelles, ouvriers et employés, sont remplacées par des couches moyennes et supérieures et par des couches populaires immigrées. »

     Ce double phénomène – gentrification/boboisation du centre et tiers-mondisation des quartiers périphériques – s’est déroulé dans notre ville en bénéficiant de la bienveillance de la municipalité sortante. Son effet à été de chasser une grande partie des Nantais des classes moyennes et populaires hors de notre ville et de générer la totalité des maux dont notre cité souffre.

     Pour Nantes Bleu Marine, ceci est inacceptable. Considérant que cette évolution n’est pas irrévocable et qu’il convient donc de l’arrêter et de l’inverser, les colistiers de Nantes Bleu Marine proposent de « Rendre Nantes aux Nantais ».

Constatations et propositions

Fiscalité et dépenses

     Si aux taux votés par l’équipe sortante depuis 2008 (taxe d’habitation et taxe foncière + 9,5 % ; impôt ménage communautaire : + 5 %) on ajoute les hausses des bases – décidées par les gouvernements successifs – sur lesquelles s’appliquent les taux votés, la taxe d’habitation et le taxe foncière ont augmenté de 22 %.

     Qui a vu, dans le même laps de temps, son salaire augmenter dans ces proportions ?

     Il faut rendre leur pouvoir d’achat aux Nantais en limitant la pression fiscale, raison pour laquelle Nantes Bleu Marine propose ce qui suit :

  • 1 – Aucune hausse des taux d’imposition pendant les 5 ans à venir et baisse progressive des taxes d’habitation et foncière.
  • 2 – Ces réductions d’impôts sont possibles, par exemple, en mettant en place un système de prévision des dépenses fiable. Est-il normal, pour ne donner que quelques exemples, que le Mémorial de l’esclavage annoncé à 6,9 millions d’euros coûte finalement aux Nantais 7,9 millions ? que l’école des Beaux-Arts prévue à 26 millions en coûte 32 ou que la facture de la restructuration du musée des Beaux-Arts annoncée à 34,5 millions soit en définitive de 83 millions ?
  • 3 – Une diminution du train de vie de la ville (ne serait-ce qu’en réduisant drastiquement ses frais de communication et de réception).
  • 4 – Mettre un terme aux subventions de complaisance généreusement distribuées à des associations sans utilité sociale et partisane.
  • 5 – Supprimer diverses manifestations pseudo-culturelles aussi coûteuses qu’inutiles (Le Voyage à Nantes par exemple qui a valu 11 millions d’impôt supplémentaire aux Nantais).
  • 6 – Supprimer les postes de dépense de personnels aberrants que sont, par exemple, les « agents d’ambiance » et les « médiateurs de quartier ».

Sécurité

     D’année en année, l’insécurité croît à Nantes : agressions nocturnes de passants, vols à l’arraché ou à la roulotte, cambriolages, car-jackings, braquages de commerce, etc., sont en progression constante.

     Face à cette situation préoccupante qu’a fait la municipalité sortante ? Rien ou presque.

     La ville de Nantes dispose pourtant d’un nombre important de policiers municipaux qui devraient contribuer à sécuriser notre cité par leurs rondes et leur travail de proximité.

     Cela n’est pas le cas, car la mairie à d’autres priorités pour eux. En effet pour la municipalité de Nantes, il est plus important que les policiers municipaux se consacrent à mettre des PV de stationnement qu’à sécuriser notre ville.

     En résumé, pour la municipalité sortante, le véritable délinquant c’est l’automobiliste qui a oublié de mettre quelques euros dans un parcmètre et non pas le voyou qui vous arrache votre téléphone portable ou votre sac à main.

     Il faut rendre leur sécurité aux Nantais, raison pour laquelle Nantes Bleu Marine propose ce qui suit :

  • 7 – le renforcement de la police municipale nantaise et sa dotation en armes de poing,
  • 8 – son affectation prioritaire à la sécurisation de l’espace public,
  • 9 – la réorientation de la mission des ASVP au service de la sécurité de tous les Nantais,
  • 10 – une tolérance zéro pour la mendicité agressive et tous les trafics qui se déroulent au vu de tous dans les rues piétonnes,
  • 11 – la mise en place d’un réseau de vidéosurveillance meilleur moyen pour faire baisser le nombre des délits et aider efficacement la police à retrouver les coupables,
  • 12 – une réorientation du contrat annuel territorialisé de tranquillité publique uniquement axé sur les quartiers périphériques sensibles (Bellevue, Dervallières) afin qu’en bénéficie aussi le centre-ville,
  • 13 – l’adoption d’une politique volontariste visant à faire fermer immédiatement dès leur création les squats d’immeubles et les campements de nomades,
  • 14 – la prise d’un arrêté municipal (sur la base des articles L. 2212-1 et suivants du code général des collectivités territoriales) interdisant dans notre ville le racolage des prostitués sur la voie publique.

Transports et circulation

     En 25 ans, avec une aggravation très sensible ces dernières années, Jean-Marc Ayrault et son successeur sont parvenus à rendre la vie impossible aux automobilistes Nantais, ainsi qu’à ceux des communes voisines, aux touristes, aux artisans et aux transporteurs (à Nantes, les automobilistes perdent 115 heures par ans, bloqués dans des bouchons ). Il est de plus en plus difficile de circuler à Nantes et il revient de plus en plus cher de s’y garer (en 5 ans : + 30 % pour les parkings, + 50 % pour le stationnement de voirie). Dans le même temps, les transports en commun ne sont pas accessibles à tous du fait de l’insécurité qui y règne et du coût élevé des tickets (+ 30 % en 5 ans, ticket unitaire plus cher de 28% que la moyenne nationale et Pass mensuel plus cher de 70 % que la moyenne nationale).

     Il faut rendre leur mobilité aux Nantais, raison pour laquelle Nantes Bleu Marine propose :

  • 15 – une révision totale du plan de circulation effectuée en concertation avec tous les Nantais,
  • 16 – le retour de la circulation sur le cours des Cinquante-Otages,
  • 17 – la mise en travaux à court terme d’un nouveau franchissement de la Loire à l’Ouest de la ville,
  • 18 – une concertation avec l’État et les autres partenaires de la métropole pour réaliser un second périphérique désengorgeant celui existant,
  • 19 – le développement des transports en commun fluviaux sur la Loire, l’Erdre et la Sèvre,
  • 20 – la sécurisation du réseau TAN, permettant à tous d’en profiter sans risque et une baisse du coût du billet et de l’abonnement,
  • 21 – la création de nouveaux parkings souterrains, la modification de la tarification (paiement à la minute) de ceux existants et de ceux à venir, et, d’une manière générale, la réduction du prix des places de parkings et de stationnement de voirie.
  • 22 – la création de zones de parkings gratuits à proximité des hôpitaux, cliniques et centres de soins, réservées aux malades et à leurs familles.

Cadre de vie et urbanisme

     Ville autrefois réputée pour la qualité de sa vie, Nantes voit son image se dégrader au fil des années. En plus des problèmes de fiscalité, de sécurité et de circulation, c’est tout ce qui faisait le plaisir d’y vivre qui disparaît.

     Il faut rendre le plaisir de leur ville aux Nantais, raison pour laquelle Nantes Bleu Marine propose :

  • 23 – l’arrêt de la politique de densification urbaine qui remplace l’habitat familial par de l’habitat collectif,
  • 24 – l’arrêt des expérimentations architecturales qui défigurent notre ville à l’exemple de ce fait sur l’île de Nantes et la mise en place d’un urbanisme traditionnel « à la nantaise », avec une architecture homogène par quartier respectant leur identité originale,
  • 25 – une politique de maîtrise du foncier ayant pour but de faire baisser la pression spéculative immobilière et de maintenir les prix à un niveau permettant aux Nantais les moins aisés d’accéder à la propriété dans notre ville,
  • 26 – une nouvelle politique d’attribution des logements sociaux favorisant leur rotation et leur attribution à des jeunes couples disposant d’un emploi,
  • 27 – des mesures pour relancer l’attrait commercial du centre ville et pour développer le commerce de proximité,
  • 28 – une action de promotion et de défense des marchés (dont celui de la Petite-Hollande menacé par un projet de centre commercial),
  • 29 – une lutte drastique contre toutes les dégradations de l’espace urbain : tags, friches urbaines, etc.

Culture, patrimoine et tourisme

     La politique culturelle de la municipalité a fait le choix de ne s’adresser qu’à une unique catégorie de nantais : les bobos. Eux seuls sont « capables » de s’extasier sur des réalisations coûteuses, incompréhensibles et méprisant le bon goût. C’est ce qui explique la disneyisation des ex-chantiers Dubigeon-Normandie, que Royal de luxe soit préféré au Carnaval ou les aberrations culturelles que sont les projets à très gros budget comme Estuaire Nantes-Saint-Nazaire ou Le Voyage à Nantes.

     Il faut rendre leur culture et leur patrimoine aux Nantais, il faut donner envie aux touristes de venir à Nantes, raison pour laquelle Nantes Bleu Marine propose :

  • 30 – une remise à plat générale de la politique culturelle de la ville et la suppression de ses manifestations les plus contestables (Le Voyage à Nantes, Estuaire Nantes-Saint-Nazaire, etc.)
  • 31 – le soutien à une offre culturelle variée, privilégiant dans tous les domaines de l’art et de la pensée, l’apport populaire original et identitaire, les talents disparus ou actuels de nos provinces, d’Europe et du monde (à l’exemple de La Folle journée ou du Festival des 3 Continents).
  • 32 – le refus d’une politique muséographique de repentance et la prise en compte de l’histoire de Nantes dans son ensemble avec ses pages d’ombre (qui ne se réduisent pas à la traite négrière) aussi bien que de gloire,
  • 33 – la valorisation du patrimoine architectural nantais, sa protection et son embellissement grâce à des arrêtés et des aides adaptées.

Enfance

     Trouver des places de crèche à Nantes est difficile. Leur attribution manque singulièrement de transparence et il en est de même pour les subventions accordées aux crèches associatives. De plus, leur répartition géographique oblige beaucoup de parents à faire de nombreux kilomètres de détours matin et soir.

     Quant aux assistantes maternelles, le nombre de celles qui sont rémunérées par la ville a été divisé par trois en cinq ans et leur temps de travail réduit de 10 % alors que la demande est en hausse.

     À Nantes, malgré l’hostilité d’importants syndicats étudiants et d’associations de parents d’élèves, il a été choisi, pour des raisons politiciennes, d’appliquer la réforme des rythmes scolaires dans les écoles maternelles et primaires dès la rentrée 2013 et de ne pas la différer à 2014 comme la loi l’y autorisait et comme en ont fait le choix beaucoup de grandes villes. Les conséquences de cette précipitation ont été profondément négatives et ont entraînées un mécontentement légitime. La municipalité sortante est coupable de n’avoir su anticiper les graves problèmes qui en découleraient : surcroît de fatigue et d’anxiété pour les enfants, désorganisation du temps familial, dysfonctionnement dans l’accueil et l’organisation, problèmes de sécurité manifestes.

     Il faut agir à Nantes pour le bien des enfants, raison pour laquelle Nantes Bleu Marine propose :

  • 34 – de travailler à une politique de répartition géographique harmonieuse des crèches sur la ville,
  • 35 – l’ouverture au public des commissions d’attribution des places en crèche,
  • 36 – la redéfinition des critères de subvention aux crèches associatives,
  • 37 – une politique d’embauche d’assistantes maternelles rémunérées par la ville,
  • 38 – le refus de l’endoctrinement de nos enfants (théorie du genre, etc.)
  • 39 – de surseoir à l’application de la réforme des rythmes scolaires, en escomptant que le gouvernement, devant les protestations de plus en plus nombreuses, ne pourra la maintenir en l’état.

Sport

     Nantes est la ville de France, la plus dotée en équipes sportives professionnelles. Il y a tout lieu de s’en réjouir, cependant des points de friction existent qu’il convient de résorber.

     Il faut donner toute sa place au sport à Nantes, raison pour laquelle Nantes Bleu Marine propose :

  • 40 – une mise à plat générale des subventions et des mises à disposition des équipements sportifs aux clubs, ainsi qu’une démonétisation partielle des aides qui leurs sont accordées.
  • 41 – la suspension des subventions aux clubs dont les membres ou supporters se rendraient coupables d’actes de violence ou de manifestations communautaristes ou contraires à la laïcité,
  • 42 – pour les clubs professionnels, des actions favorisant la mise en place d’un actionnariat populaire,
  • 43 – des mesures de promotion des sports populaires locaux (boule nantaise, palets, etc.)

Laïcité

     L’action de la municipalité nantaise sortante s’est caractérisée par un mépris total de la laïcité : emprunt à La Nef , une banque liée à la Société anthroposophique, subvention à des associations musulmanes mélangeant le culturel et le cultuel, appel d’offre pour un marché de sandwiches halal, etc.

     Il faut rendre sa neutralité religieuse à la ville de Nantes, raison pour laquelle Nantes Bleu Marine propose :

  • 44 – la rupture des contrats passés avec la banque La Nef,
  • 45 – l’engagement de ne verser aucune subvention aux associations ayant un aspect communautaire dans leur intitulé ou leur objet,
  • 46 – le respect de la diversité alimentaire dans les cantines scolaires et les centres aérés en y maintenant la présence d’aliments à base de porc,
  • 47 – l’intégration dans les critères pour accorder un permis de construire aux édifices religieux d’une exigence d’intégration dans le paysage et de respect d’un style compatible avec l’architecture traditionnelle locale.

Démocratie locale

     Sous Jean-Marc Ayrault et son successeur, l’action de la municipalité s’est caractérisée par son refus de la démocratie locale : flicage des opposants, assassinat financier des associations refusant de se soumettre, conseils municipaux rares et où le public est réduit à la portion congrue, etc.

     Il faut rendre leur pouvoir de décision aux Nantais, raison pour laquelle Nantes Bleu Marine propose :

  • 48 – des conseils municipaux plus fréquents (mensuels) dans une salle réaménagée permettant la présence d’un public nombreux,
  • 49 – le recours aux référendums locaux pour tous les projets faisant polémique et engageant la commune d’une manière importante et irrémédiable.

Grands travaux

     La mandature issue de l’élection de mars 2014, sera marquée par la réalisation de grands travaux et de projets importants pour la ville.

     La plupart de ceux-ci ont été décidés par la municipalité sortante et sont dans un état d’avancement qui ne permet guère de revenir sur leur réalisation. Il importe cependant de se prononcer sur celles-ci et d’agir, quand cela est possible, pour qu’elles se fassent dans l’intérêt des Nantais.

     Pour tous les grands travaux et projets importants pour la ville (nouveau franchissement de la Loire, nouvel aéroport, aménagement de la gare, nouveaux quartiers urbanisés, Hôpital, MIN, etc.), il est impératif :

  • 50 – de mener des campagnes d’information contradictoire très largement en amont,
  • 51 – d’organiser des débats contradictoires avec les Nantais sur ces grands travaux,
  • 52 – de soumettre certains projets, le cas échéant, à des référendums d’initiative locale si une opposition sérieuse à leur réalisation existe, condition d’une véritable démocratie locale contrairement aux actuels conseils de quartier, qui ne sont que des chambres d’enregistrement de la municipalité.

Emploi

     Hier ville industrielle, Nantes a connu une tertiairisation parallèle à la fermeture de ses usines. Une partie de celles qui subsistent ont traversé ces dernières années ou traversent actuellement de graves difficultés. Nantes connaît donc le chômage et le sous-emploi.

     Il faut rendre leur emploi aux Nantais, raison pour laquelle Nantes Bleu Marine propose :

  • 53 – d’insérer dans les appels d’offre des marchés publics passés par la ville et la métropole, une clause excluant le recours à la main d’œuvre détachée et favorisant les entreprises locales ou embauchant localement,
  • 54 – de baisser la cotisation économique territoriale des entreprises (ex-taxe professionnelles) afin de favoriser l’implantation de nouvelles entreprises à Nantes et d’entraîner de ce fait la création de nouveaux emplois,
  • 55 – de participer activement au maintien ou au retour à l’emploi en favorisant, par des formations qualifiantes à la demande, le rapprochement des entreprises privées ou publiques, des créateurs d’entreprise, et des chômeurs, sous réserve de conventions bilatérales d’embauche.

Lancement de Nantes Bleu Marine-Jeunesse

Dans le cadre de la campagne municipale du Rassemblement Bleu Marine (RBM) de Nantes, Christian Bouchet, tête de liste, a décidé la constitution d’un comité de soutien jeune. Le FN Jeunesse de Nantes est sollicité pour rejoindre les rangs militants de cette nouvelle structure spécialement constituée pour la campagne municipale, dans l’année à venir.

C’est à Arnaud de Rigné, 17 ans, lycéen en terminale (ES) et chargé de mission départemental adjoint du FN Jeunesse de Loire-Atlantique, qu’a été confiée la mission de piloter ce comité de soutien jeune : Nantes Bleu Marine-Jeunesse

La réunion de lancement de Nantes Bleu Marine-Jeunesse est prévue à la Médiathèque de Nantes, samedi 20 avril prochain, de 11 heures à 13 heures. Le thème évoqué pour lancer ce comité de soutien sera « La place des jeunes dans le combat des municipales« . Une action de militantisme de terrain suivra dans l’après-midi.

Des informations complémentaires relativement à Nantes Bleu Marine-Jeunesse et cette première réunion seront précisées dans les jours à venir, avec un point complémentaire sur la nouvelle équipe du FN Jeunesse de Loire-Atlantique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *