Saint-Nazaire

Tête de liste

Jean-Claude Blanchard

Chers amis adhérents et sympathisants, une réunion du Rassemblement Bleu Marine (RBM) de Saint-Nazaire aura lieu le vendredi 22 mars, à 19 heures.

Agora 1901, salle 1,
2 bis avenue Albert de Mun
SAINT-NAZAIRE

Tous nos amis, adhérents et sympathisants de la huitième circonscription de Loire-Atlantique sont invités.

Pour Saint-Nazaire, une liste Bleu Marine est en train d’être constituée en vue des élections municipales de 2014. Pour les autres communes de la circonscription, c’est en négociation.

Pour Marine Le Pen et le FN, l’enjeu est pluriel. Il s’agit d’abord d’obtenir le maximum de conseillers municipaux. Il s’agit aussi d’asseoir notre enracinement local. Il s’agit encore de réaffirmer haut et fort notre attachement à l’identité locale. Il s’agit enfin d’amorcer la reconquête des grandes villes.

Dans l’attente de vous rencontrer à cette réunion,

Cordiales salutations.

Jean-Claude BLANCHARD,
responsable FN de Saint-Nazaire

Communiqués

Montebourg porte une responsabilité écrasante dans la liquidation des chantiers Baudet
(Vendredi 9 août 2013)

Nous avons appris hier la liquidation judiciaire des chantiers Baudet de Saint-Nazaire, nouvelle qui m’a inspiré un sentiment mêlé de tristesse et de colère. Certes, elle n’était pas imprévisible, mais la croyance vaine de quelques-uns, moi y compris, en la reprise en main de ces chantiers historiques (fondés en 1929 mais issus d’activités du XVIIIe siècle) par l’État et le volontarisme politique allant de pair, ont longtemps fait croire au sursaut. Ce sursaut n’est pas arrivé et aujourd’hui, c’est la chute de Baudet à Saint-Nazaire, comme hier celle de Gad et peut-être demain celle de STX. C’est à une plus large échelle, la chute aujourd’hui de Saint-Nazaire comme celle hier, de la sidérurgie de Lorraine : une fois de plus, les socialistes ont trahi leurs promesses électorales de plein emploi et de réindustrialisation, ne faisant pas mieux que l’UMP.

Notre soutien est total aux soixante-sept salariés de l’entreprise Baudet menacés de licenciement et à leurs familles.

Cette entreprise, fleuron de notre savoir-faire local dans le domaine de l’aménagement de paquebots, ne mérite pas le sort que lui réserve la société d’investissement IPE en refusant de renflouer le capital.

Comme partout ailleurs, des entreprises étrangères non soumises aux mêmes contraintes (charges sociales, taux horaire, etc.) viennent fausser la libre concurrence… non libre et très faussée, en dépit du faux dogme mondialiste de la « concurrence libre et non faussée ». Une fois de plus, les salariés sont menacés par la mondialisation libérale et la course au profit à court terme.

Il serait temps de remettre d’actualité le célèbre slogan « Vivre et travailler au pays » avec des entreprises françaises, et des travailleurs français.

Pire pour nos élites, c’est un gouvernement se revendiquant de gauche et comme socialiste qui donne le coup d’arrêt aux chantiers Gaudet de Saint-Nazaire. Et, détail cynique, c’est un ministre dont le passé encore récent est réputé « altermondialiste », « à gauche de la gauche », Arnaud Montebourg, ministre dont les attributions recouvrent le « Redressement productif » – où est-il, pour ne pas parler du redressement industriel d’ailleurs ? – qui appuie aujourd’hui sur le bouton mettant quelques soixante-dix salariés et leurs familles sur le carreau.

Nous accusons personnellement Arnaud Montebourg d’inconséquence et de lâcheté. S’il est homme de principes et de parole, s’il est honnête avec lui-même, non vis-à-vis d’un vieux passé militant de quelques décennies d’âge, mais celui, contemporain, de sa campagne de l’automne 2011 à la primaire socialiste sur les thèmes de l’anti-mondialisme, du protectionnisme économique, des relocalisations et de la critique du capitalisme financier et spéculateur, il ne peut alors se solidariser d’un gouvernement qui agit de manière aussi criminelle avec ses industries et ses travailleurs.

Arnaud Montebourg doit aujourd’hui démissionner.

Jean-Claude Blanchard, Gauthier Bouchet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *