2017 : Sénatoriales

750-217px-Senat

► Conférence de presse

► Éditorial d’Alain Avello

En Loire-Atlantique, un dernier combat électoral, précédant la longue période sans élections qui nous conduira aux européennes de 2019, puis aux municipales de 2020, est en ce moment livré : celui des sénatoriales, qui auront lieu le 24 de ce mois. Notre liste « pour la défense de nos communes et de nos départements » toujours de plus en plus menacés par la logique territoriale de l’Union européenne, a été présentée à la presse et déposée en préfecture la semaine dernière. Nous défendons une nouvelle fois, à l’occasion de cette élection où se trouvent en position de force les formations qui ont de nombreux élus locaux, ces échelons de proximité auxquels les Français sont si attachés et qui constituent les piliers d’une démocratie vivante.

► Défendre nos communes et notre département

photo: nantes et l erdreLe 24 septembre prochain, les grands électeurs voteront pour renouveler la représentation du département de la Loire-Atlantique au Sénat. En donnant leur confiance et leurs suffrages à la liste Front national conduite par Alain Avello, ceux-ci permettront que d’authentiques patriotes entrent enfin dans la Chambre Haute, et agissent pour la défense de nos communes et de nos départements.

Plusieurs d’entre nous siégeons au conseil régional des Pays de la Loire, dans l’opposition à Bruno Retailleau, lequel cumule présidence de région… et du groupe Les Républicains au Sénat. Nous ne connaissons que trop bien le programme austéritaire, vraiment libéral et faussement sécuritaire de monsieur Retailleau et de ses collègues. Pour nous, la droite n’est pas une solution !

Nous n’ignorons pas que, parmi les grands électeurs, le vote de la présidentielle et des législatives, une majorité ne s’est pas portée sur Marine Le Pen et ses candidats. Mais, pas plus qu’ils ne pourront se satisfaire des premières semaines du quinquennat d’Emmanuel Macron, ils ne sauraient, dans les jours à venir, donner leur vote à la liste de République en marche, ou de leurs alliés LR et PS.

Quant à la droite, elle trompe ses électeurs en prétendant incarner la rénovation. Où est la rénovation dans ses rangs, et dans sa liste ? Ni Christophe Priou, ancien député, ni Laurence Garnier, mauvaise perdante à la députation puis à la Mairie de Nantes, ne peuvent l’incarner. C’est là, d’ailleurs, notre vraie différence : nous ne considérons pas le Sénat recycle à l’infini les perdants et les notables.

► Notre liste de candidats

Liste FN44 Sénatoriales

  1. Alain AVELLO — 46 ans, professeur de philosophie, conseiller régional des Pays de la Loire
  2. Éléonore REVEL — 36 ans, attachée administrative
  3. Gauthier BOUCHET — 29 ans, doctorant en histoire, conseiller municipal de Saint-Nazaire
  4. Brigitte NÉDÉLEC — 64 ans, retraitée de la Fonction publique, conseillère régionale des Pays de la Loire
  5. Jean-Marc BEAUVAIS — 65 ans, retraité de la banque
  6. Dominique DU TERTRE — 65 ans, retraitée
  7. Ambroise SAVATIER  — 26 ans, secrétaire général du groupe FN au conseil régional des Pays de la Loire

► Six engagements pour la Loire-Atlantique au Sénat

Au Sénat, nous défendrons les intérêts de la Loire-Atlantique pour continuer à faire de notre département un territoire innovant, attractif et dynamique, bien inséré dans l’économie mondiale, mais avant tout soucieux d’apporter son concours à l’unité dans la diversité de notre république. Partant d’enjeux territoriaux de nature locale, notre campagne s’appuie sur six grands engagements :

  1. Défendre l’intégrité de nos services publics menacée par les directives européennes, notamment en zones rurales, contre l’abandon voire la fermeture d’un certain nombre de bureaux de postes, hôpitaux et gendarmeries du département (Saint-Nazaire-Ville-port, Bouletterie, Saint-Joseph-de-Porterie, Mauves…). Garantir la présence d’un distributeur bancaire et une couverture en téléphonie mobile dans chaque commune (ces « zones blanches » subsistent : Lavau-sur-Loire, Prinquiau, Les Régniers, Château-Thébaud…).
  2. Démétropoliser le département, au profit des périphéries nantaises et nazairiennes et d’un rééquilibrage des équipements publics en faveur des zones rurales.
  3. Garantir notre souveraineté industrielle et le maintien des sites structurants, notamment dans le bassin nazairien. Nous serons vigilants quant à l’annonce gouvernementale d’une nationalisation des Chantiers de Saint-Nazaire, avec le souhait d’une part d’actionnariat populaire (particuliers, salariés et TPE-PME) d’au moins 10 % de la part publique du capital. Au-delà, participer à une relocalisation d’une partie de nos industries dans les campagnes.
  4. Repenser l’aménagement fluvial de la Loire, notamment par la mise en place de deux nouveaux franchissements — Lavau/Paimboeuf à l’Ouest du département, Ancenis à l’Est — afin de délester et, en retour, de fluidifier et sécuriser les ponts actuels de Saint-Nazaire et de Cheviré. La constitution de ces nouveaux franchissements est rendue d’autant plus nécessaire si le transfert aéroportuaire vers Notre-Dame-des-Landes est effectivement mis en place : ce transfert, nous n’en voulions pas, mais il faut prendre en considération la consultation des Ligériens.
  5. Œuvrer pour une transition énergétique et écologique respectueuse du maintien des emplois, notamment par la conservation de la centrale thermique de Cordemais, la poursuite de sa reconversion à la biomasse, et la relance d’une filière bois-énergie.
  6. Accompagner des formes durables et pédagogiques de tourisme : éco-tourisme, tourisme citoyen, et promotion du tourisme industriel, sur le modèle de ce que propose STX et Airbus.

► Kit médias

► Revue de presse

750-217px-Vote