Gauthier Bouchet sur Sputnik

Article de Sputnik du vendredi 8 mai 2015 (traduit de l’anglais)

G. Bouchet : « Couler les Mistral pourrait accroître les tensions sociales à Saint-Nazaire« 

Le conseiller municipal de la ville française de Saint-Nazaire, où les vaisseaux Mistral sont fabriqués, a indiqué à Sputnik que les syndicats sont divisés sur le blocage du gouvernement concernant la livraison.

Les habitants de Saint-Nazaire, où sont fabriqués les porte-hélicoptères Mistral pour la Russie, sont de plus en plus concernés au sujet de leur avenir, a indiqué à Sputnik le conseiller municipal et membre du Front national Gauthier Bouchet.

Selon Bouchet, l’idée de couler les Mistral pourrait devenir une possibilité, dans la mesure où ils sont conçus pour des normes arctiques, ce qui n’attirerait pas des clients potentiels au Brésil, en Egypte ou en Indonésie.

« Les Nazairiens expriment leur mécontentement de manière tempérée, à la fois par le vote, aussi en se détachant des syndicats traditionnels qu’ils ne défendent objectivement pas la livraison des Mistral. Par exemple, la CGT [Confédération générale du travail] est très gênée sur la question des Mistral, et c’est à peu près moitié-moitié.« , a dit Bouchet.

Bouchet a ajouté que la situation pourrait déboucher vers un mouvement social plus large si le refus de la France de livrer les Mistral fragilisait l’industrie aéronautique et les sous-traitants.

« Je ne le souhaite pas. Je souhaite que Saint-Nazaire conserve sa puissance industrielle. (…) C’est globalement une ville qui navigue à vue et qui ne sait pas très bien si dans l’année qui suit ou les deux ans qui suivent, elle sera en mesure d’avoir des contrats et de les honorer si finalement le gouvernement, à chaque fois, renonce pour des questions de pure politique étrangère.« , a indiqué Bouchet.

Bouchet a ajouté que si l’issue des Mistral occasionnait une hausse du chômage à Saint-Nazaire, des manifestations comme celle que le Front national a organisé en septembre à Saint-Nazaire pourraient devenir plus fréquentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *