Gilles Lebreton en émissaire

Article de Presse Océan du lundi 20 avril 2015

POLITIQUE — Un député européen FN à la Fête de l’Industrie de la section locale

Professeur d’université (droit public), Gilles Lebreton, 56 ans, siège depuis juillet au Parlement européen, à Strasbourg. Il était hier invité à la Fête de l’Industrie, organisée à Penhoët.

— Presse Océan : Votre avis sur la non-livraison des BPC à la Russie ?

— Gilles Lebreton : C’est un manquement à la parole donnée à un client, qui est un grand pays. En plus, cela nous coûte très cher.

La situation ukrainienne est certes difficile à gérer, mais il fallait entamer un dialogue constructif avec la Russie, plutôt que le Parlement européen adopte une position trop dure. D’autant plus que l’on a une vision erronée des événements : le pouvoir ukrainien a pris des mesures très coercitives à l’encontre des russophones. Poutine n’a pas commencé, il a riposté, il est vrai avec vigueur.

— Presse Océan : Quid des « travailleurs détachés » de l’UE travaillant à Saint-Nazaire ?

— Gilles Lebreton : La directive Détachement de 1996 autorisant les employeurs à recruter les salariés étrangers, en payant les charges sociales dans le pays d’origine, doit être supprimée.

Il s’agit d’une concurrence déloyale envers nos travailleurs, et c’est même une préférence étrangère, puisqu’au lieu de faire travailler des Français, on va chercher une main-d’œuvre polonaise, lituanienne, etc. Tous les employeurs doivent payer les mêmes charges sociales en France.

— Presse Océan : Faut-il exclure du FN Jean-Marie Le Pen ?

— Gilles Lebreton : Cela me semble délicat de l’exclure, car c’est le fondateur du Front national. La procédure disciplinaire est une bonne idée, car il fallait marquer le coup. Quiconque s’éloigne de la ligne fixée par Marine Le Pen doit être sanctionné.

Propos recueillis par F. L.-B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *