Hommage à Jeanne d’Arc

Hommage à Jeanne d’Arc de Gauthier Bouchet, conseiller municipal et de quartier de Saint-Nazaire, conseiller communautaire à la CARENE, le 10 mai 2015 à Nantes.

Seul le prononcé fait foi.

Chers amis, chers camarades.

Notre mouvement vous est naturellement reconnaissant de votre présence si nombreuse aujourd’hui pour honorer Jeanne d’Arc.

À une époque de mensonge et de bassesse comme la nôtre, pensez-vous qu’une femme qui, toute sa courte vie, s’est sacrifiée pour la Patrie, ne mérite pas un tant soit peu d’être honorée ? Nous, militants du patriotisme français, savons que Jeanne a toutes les vertus de l’héroïne de France et de la femme du peuple, pour susciter notre hommage respectueux.

Sainte de la patrie française, symbole de l’indépendance nationale, Jeanne est pour nos militants un exemple qui ne souffre pas et ne souffrira jamais de la distance des siècles. En effet,l’épopée de la Pucelle d’Orléans reste pour nous pleinement d’actualité dans la France du XXIe siècle.

Aujourd’hui, « il y a grande pitié dans la République française » comme à l’époque de la guerre de Cent ans, les chroniqueurs disaient qu’il y avait « grande pitié au royaume de France ». Six siècles nous séparent de l’épopée de Jeanne d’Arc, pourtant, c’est comme si au fond rien n’avait changé : c’est partout nos élites corrompues, la décadence morale, un État qui recule, un territoire toujours plus éclaté, et une insécurité permanente…

D’une époque à l’autre, c’est aussi le même échec de nos dirigeants, malgré le mérite, l’extrême dévouement et l’excellence de nos soldats. Mais au moins, en 1415, quand Jeanne n’était encore qu’une enfant, les soldats d’Azincourt sont-ils tombés pour un idéal, et pour leur pays, la France. Mais dites-moi au juste, en 2015, pour quel pays et quels intérêts nos derniers soldats français en Afghanistan tombent-ils, si ce n’est ceux d’une puissance étrangère ?

Du XVe siècle à aujourd’hui, ce même constat d’une France toujours plus prise en étau doit imposer à son peuple d’arracher les libertés dont certains voudraient la priver.

Aujourd’hui, notre liberté se décide notamment par le bulletin de vote. Et les Français sont de plus en plus nombreux à choisir notre mouvement, le Front national, pour les représenter et les défendre. Ils sont plus de six millions, et ils donnent mandat à nos élus pour une France libérée.

Demain, en mettant Marine Le Pen au pouvoir par le vote souverain, vous retrouverez vos libertés perdues ou accaparées. Dès 2017, la France sortira de l’Union européenne, ce qui n’est pas sortir de l’histoire européenne… C’est au contraire y revenir, aux côtés des patries historiques d’Europe ! Peut-être d’ailleurs la France fera ce choix avec sa vieille ennemie, l’Angleterre, si toutefois le gouvernement britannique honore la promesse qu’il vient de formuler à l’égard de son peuple.

Il faudra encore à la France, demain,regagner le plein exercice de toutes ses souverainetés : juridique,territoriale, économique. Il faudra que la France puisse regagner d’autres libertés encore la pluralité d’opinion dans sa presse, sa liberté d’organisation syndicale, enfin, la neutralité de sa Fonction publique, dans l’enseignement, dans la justice, et surtout le référendum populaire comme aiguillon de sa démocratie.

Dès aujourd’hui, pour les victoires de demain, notre mouvement est en lutte. 1415, 2015 : même combat ! De la clairière d’Azincourt aux laminoirs de Florange, des flèches anglaises aux chaînes du Capital, mêmes blessures, et même défense : la guerre ! Guerre aux corrupteurs, aux diviseurs, aux profiteurs et aux accapareurs ! Guerre à ceux-là qui amoindrissent la France ! Guerre à la guerre, des factions contre notre peuple ! Guerre pacifique, aussi, et surtout, par le bulletin électoral et le piquet de grève.

Le 1er mai dernier, dans un discours de sincérité, notre chef, Marine Le Pen, nous a invité à suivre l’exemple de Jeanne d’Arc. Cet exemple, c’est celui d’une figure féminine de premier plan dans notre histoire nationale. Aussi, ce n’est pas un exemple anodin, parce qu’il vous montre, si toutefois vous étiez découragés, que dans l’Histoire de France, les femmes ont toujours su trouver leur place, et qu’elles n’ont pas attendu, par exemple, que les Femen ne leur fassent la leçon de « vivre-ensemble ».

Depuis quinze siècles, par le glaive et par le sein, la femme française protège son peuple contre toutes les subversions et le guide dans la justice. Demain, la femme française continuera ! Les femmes de France continueront ! Avec Marine, Jeanne et Marianne, nous garderons la France libre, souveraine, indépendante… et française !

Vive le peuple, vive la France !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *