Infolettre du mois des conseillers régionaux FN (Loire-Atlantique, février 2018)

800-440px-CRPdL2

Communication du groupe Front national au conseil régional des Pays de la Loire


Commission permanente du conseil régional du 19 février 2018

Finances, ressources humaines, affaires générales, coopération interrégionale, affaires européennes et coopération internationale

Le premier rapport nous a permis d’engager un débat de fond sur l’intérêt des subventions versées au titre des « actions européennes ». Nous avons rappelé qu’il y avait une ambiguïté permanente savamment entretenue sur le projet européen. Pour résumer, il y a un choix entre une confédération de nations souveraines qui mettraient en œuvre des projets communs type Airbus ou une fédération supranationale, dans laquelle on fondrait toutes les nations. Nous avons fait part de notre crainte que ces actions de communication soient orientées vers le but unique de favoriser un sentiment « fédéraliste », qui correspond assez bien à «  l’air du temps » de la Commission et du Conseil de l’Europe, surtout depuis la mise en route du Brexit. Il nous a été répondu que toutes ces actions se faisaient dans le respect d’une « stricte impartialité », ce dont nous ne sommes pas -tant s’en faut- convaincus. Le champ étant ouvert, il nous faudra maintenant vérifier « in situ » ces allégations et noter toutes les manquements.

Nous avons également voté contre les subventions accordées par la Région aux différents syndicats professionnels. Nous nous sommes abstenus sur le rapport concernant la construction d’un lycée aux Sables-d’Olonne, dont le contexte juridique nous parait incertain, notamment pour des parcelles connexes jouxtant celles dédiées par la Région.

Jean GOYCHMAN, président du groupe — Pascal GANNAT

Entreprises, développement international, développement international, tourisme, innovation, enseignement supérieur et recherche

La Région accorde un soutien important à l’innovation, notamment à la recherche scientifique. Certains projets très prometteurs sont liés à des recherches sur cellules humaines. Dans la mesure où nous ne pouvons connaître précisément la nature des travaux de recherche, et que la majorité LR a rejeté lors de la session plénière d’octobre le vœu du groupe FN en faveur d’une charte de responsabilité éthique afin d’éviter l’utilisation de cellules souches embryonnaires, nous avons marqué notre opposition par un vote négatif sur les rapports concernés.

Par ailleurs, la région poursuit son action à l’international. Ces actions sont positives dès lors qu’elles favorisent nos entreprises. Mais la convention signée avec l’Agence française de développement (AFD) et les nouvelles orientations de celle-ci qui se donne pour objectif de « parler du monde » aux Français et affiche la volonté de créer un consensus sur « l’aide publique au développement » laisse présager une opération de promotion (pour ne pas dire de propagande) financée par nos impôts, en faveur de l’aide à l‘international, via les associations, les collectivités et l’Éducation nationale. Nous ne pouvons pas accepter ce prêt-à-penser imposé, alors même qu’une part de plus en plus importante de notre territoire est abandonnée au sous-équipement et à la pauvreté et que notre pays subit chaque jour les conséquences d’un choc migratoire majeur. Nous avons donc voté contre ce rapport.

Monique LIEUMONT-BRIAND — Brigitte NÉDÉLEC

Éducation et lycées, orientation et lutte contre le décrochage, civisme

On peut constater une certaine volonté chez la majorité actuelle d’effectuer les investissements nécessaires, notamment concernant la construction d’un nouveau lycée à Aizenay. Je me suis abstenu sur l’informatisation des lycées. En effet, la Région développe l’accès Wi-Fi dans l’enceinte scolaire, mais ne prévoit rien pour bloquer l’accès aux réseaux sociaux très prisés par les adolescents comme Facebook ou Snapchat, dont l’effet est dissipant pour les élèves, et qui n’ont pas à pénétrer au lycée. J’ai de plus émis quelques réserves sur la pertinence des mesures en lien avec le « décrochage scolaire », qui visent à proposer des stages BMX et de chien de traîneau aux élèves en difficulté ; là où il eut mieux valu des cours de soutiens !

J’ai soulevé, une fois encore, les différences de tarifs dans les lycées ligériens. Au sein d’une même ville La Roche-sur-Yon, les tarifs peuvent osciller entre 3,48 euros et 4,65 euros ! Sans aller vers un tarif unique, nous aimerions une uniformité des prix dans chaque ville, puis à l’intérieur de chaque département.

Samuel POTIER

Transports, mobilité, infrastructures

J’ai une fois encore fait valoir l’approbation du FN aux opérations liées au contournement ferroviaire des sites industriels de Donges, en Loire-Atlantique. Ces travaux de grande ampleur sont d’une importance stratégique pour dynamiser la région nazairienne en général et notre complexe industrialo-portuaire en général, autour de ses sites structurants : GPM, Raffinerie, sites Airbus et Stelia… Au-delà de ce soutien sans failles du FN dans le cadre de nos votes au conseil régional, moi et mes collègues avons toujours soutenu ces travaux sans discontinuer depuis 2014, au conseil municipal de Saint-Nazaire et au conseil de la CARENE où nous siégeons.

J’ai voté en faveur de l’aménagement numérique, relative à l’attribution d’un subventionnement d’environ 80 000 euros au syndicat mixte Anjou numérique, en vue de raccorder une quarantaine de sites dits « communautés d’innovation » au très haut débit (THD) : sites d’enseignements supérieur et de recherche, lycées, collèges et écoles primaires, mais aussi hôpitaux, PME-TPE, mairies, sites touristiques… Un sous-rapport similaire, portant sur la construction de onze pylônes de téléphonie mobile dans les zones blanches de Mayenne, a également bénéficié d’un vote favorable du FN.

Jean-Claude BLANCHARD

Agriculture, agro-alimentaire, forêts, pêche, mer

Nous avons défendu le projet d’une régie agricole fournissant le lycée La Germinière de Rouillon, en Sarthe. Avec ce projet, les élèves pourront eux-mêmes prendre part à leur alimentation, pour la rendre plus saine et plus locale. Cette démarche « localiste », d’une relocalisation des circuits de production et de consommation, est de celles que notre groupe d’élus affirme régulièrement comme nécessaire, ces deux dernières années, au service de la santé de tous et d’une véritable écologie.

Nous avons voté en faveur des rapports concernant l’économie de la mer, ainsi que le financement des divers organismes promouvant la pisciculture, la conchyliculture et l’aquacuture : AGLIA, SMIDAP. Ces organismes reviennent régulièrement dans nos délibérations, avec le vote de contributions statutaires apportées par la Région. Ce vote fait d’ailleurs suite à notre démarche de soutien, en septembre dernier, de l’accompagnement financier de l’Observatoire départemental des eaux estuariennes et marines. L’ensemble de ces votes vise à enrayer les effets à terme de la crise conchylicole dont souffrent les départements de l’Ouest de la France, ces dernières années.

Marguerite LUSSAUD — Bruno de LA MORINIÈRE

► SUR CE MÊME THÈME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *