Infolettre du mois des conseillers régionaux FN (Loire-Atlantique, mai 2017)

800-440px-crpdl

Communication du groupe Front national au conseil régional des Pays de la Loire

Commissions sectorielles du 15 mai 2017

Finances, ressources humaines, affaires générales, coopération interrégionale, affaires européennes et coopération internationale

Nous devions délibérer sur le soutien financier que notre conseil régional pouvait apporter aux PME. Depuis la crise des subprimes les banques se font de plus en plus réticentes pour accorder des crédits à celles-ci. Pour nous les choses sont claires : cette crise était entièrement due aux banques, et tous les garde-fous mis en place depuis des décennies ont été démontés.

Les banques ne possèdent en fonds propres qu’une part très faible de l’argent qu’elles prêtent à leurs clients. L’argent des crédits est créé par les banques de toutes pièces et doit être détruit lorsque le prêt est remboursé. La banque garde seulement les intérêts payés. Le problème est que les banques peuvent prêter sans limites, et ce faisant, se fragilisent car leurs fonds propres diminuent en proportion. Certaines banques se retrouvent avec des effets de levier de l’ordre de trente ou quarante. Si elles perdent seulement 3% de leur capital, elles sont en faillite ! Pour éviter cela, l’accord dit « Bâle 3 » à pour but de limiter cet effet de levier autour de 9, d’où la restriction drastique des crédits accordés aux PME.

Cette mesure — certes indispensable — a touché de plein fouet nos PME-PMI qui n’y étaient pour rien. Le conseil régional envisage donc de trouver d’autres façons d’aider le financement de ces entreprises et envisage donc d’étudier comment certains fonds européens pourraient être utilisés via la Banque européenne d’investissement dans ce but. Cela risque fort de se traduire par de nouvelles dettes publiques en euros. Pour cette raison nous nous sommes abstenus.

Pascal GANNAT, président du groupe — Jean GOYCHMAN

Entreprises, développement international, tourisme, innovation, enseignement supérieur et recherche

Nous avons approuvé sans réserve la fin d’une subvention très coûteuse à l’entreprise Renault du Mans pour ses programmes de recherches. Cette entreprise bénéficiant déjà du crédit impôt recherche, il est scandaleux qu’on force les Ligériens à passer deux fois de suite à la caisse.

Contrairement à ce qu’elle avait annoncé, la Région privilégie le financement de programmes d’investissements d’entreprises par la subvention, au lieu de passer par le prêt ou l’avance remboursable. Cette méthode a un effet déresponsabilisant pour l’acteur économique. Nous le répéterons autant de fois qu’il le faudra jusqu’à ce que l’exécutif nous entende !

Enfin, les aides régionales attribuées à l’université d’Angers pour ses recherches « biotech », nous inquiètent énormément, dans la mesure où certaines de ses expériences portent sur les cellules souches. « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme. » nous apprend Rabelais. Nous refusons que des embryons humains soient utilisés comme cobaye à des fins eugénistes.

Pascal NICOT — Samuel POTIER

Éducation et lycées, orientation et lutte contre le décrochage

La plupart des rapports n’appelaient pas d’opposition particulière : construction d’un complexe sportif adjacent au futur lycée de Carquefou, acquisition d’équipements plus adaptés aux besoins des formations, acquisition de mobilier et d’équipements pédagogiques en faveur des classes d’enseignement technologique, professionnel et agricole des établissements privés confessionnels, laïcs et des Maisons Familiales Rurales, travaux pour le raccordement d’établissements à l’Internet très haut débit, etc.

Je me suis par contre ému de ce que le rapport 339 fasse état du projet d’un établissement (le lycée Léonard de Vinci, de Nantes) qui reconduise la référence au « vivre-ensemble », au titre d’axe éducatif, alors même que notre groupe avait obtenu, au début de la mandature, sa suppression par un amendement qu’il avait déposé.

Il est précisé par le président Chéreau que ce projet s’inscrit dans le PAE (programme d’actions éducatives) 2015-2016, au moment où deux élus, l’un écologiste (Franck Nicolon), l’autre appartenant à la majorité (Béatrice Latouche) expriment avec emportement leur attachement au « vivre-ensemble », me conduisant à rétorquer que la République a l’ambition d’assimiler chacun à la Nation, et non de vaguement veiller à la coexistence de communautés séparées. Nul doute que les mouvements respectifs de ces deux élus, en se retrouvant dans un même gouvernement, favoriseront encore la montée des communautarismes qui menacent gravement l’unité de notre nation.

Alain AVELLO

Transports, mobilité, infrastructures

J’ai voté la fermeture de tronçons ferroviaires entre Couterne et Alençon, qui se justifie cependant compte tenu du fait que ceux-ci ne sont plus utilisés actuellement par la SNCF, parfois depuis 1989. Cette fermeture exceptionnelle permettra donc une rationalisation de notre réseau, et une baisse des coûts d’entretien.

Concernant le pôle d’échange multimodal (PEM) de Saint-Nazaire, j’ai réitéré un vote favorable que j’ai déjà manifesté dans de précédentes commissions Transports. Depuis trois ans, je suis d’ailleurs régulièrement intervenu à propos de la modernisation de la gare ferroviaire de Saint-Nazaire, au conseil municipal comme au conseil communautaire. Mais, bien au-delà du fait de moderniser la gare, notamment son accessibilité PMR, c’est tout un quartier qu’il faut revoir : faire de la gare une zone commercialement et culturellement attractive, désenclaver à tout prix le quartier limitrophe de Prézégat et doter ce dernier de commerces et d’équipements.

Jean-Claude BLANCHARD

Territoires, ruralité, santé, environnement, transition énergétique, croissance verte et logement

Nous avons poursuivi l’examen de subventions versées dans le cadre du rapport « Transition énergétique ». Le Front national est favorable à un moratoire sur l’implantation des éoliennes, considérant les incertitudes qui pèsent encore sur leur réel impact, les conséquences sur la santé des riverains et les paysages, leur rentabilité… Dans la mesure où l’un des dossiers examinés accordait une part prépondérante à l’éolien, les votes n’étant pas dissociés, nous ne pouvions approuver globalement ce rapport, nous nous sommes donc abstenus.

Nous avons voté en faveur du financement des contrats de territoires, à échéance 2020, élaborés selon la politique régionale de contractualisation de la nouvelle majorité. Ils font l’objet avant leur passage en commission, d’une réunion de présentation au cours de laquelle nous pouvons solliciter des éclaircissements ou émettre des observations. Dans la mesure où les critères d’attribution des fonds sont clairement définis, où l’initiative et la conception des projets qui seront financés dans ce cadre émanent des territoires et répondent à leurs besoins, il nous apparaît important de les soutenir.

Aymeric MERLAUD — Brigitte NÉDÉLEC

Agriculture, agro-alimentaire, forêts, pêche, mer

Nous avons voté en faveur des rapports concernant l’économie de la mer. Il y a trois mois, nous avions préalablement renouvelé notre contribution statutaire au Syndicat mixte pour le développement de l’aquaculture et de la pêche (SMIDAP). Cet organisme revient régulièrement dans nos délibérations. Nous avons toutefois montré davantage de réticences concernant le financement par la Région de certaines entreprises agroalimentaires. Il serait selon nous préférable de faire des avances sur investissements, remboursables sur quatre ans environ. De plus, ces financements devraient prioritairement s’adresser aux plus petites structures, pas aux grandes entreprises.

Par ailleurs, nous avons fait part de notre opposition au subventionnement régional des différents syndicats agricoles, dans la mesure où ce financement est avant tout destiné à… leur communication ! Nos agriculteurs demandent autre chose que de la communication de syndicats par ailleurs de moins représentatifs, ceux-ci ayant d’ailleurs contribué à effondrer notre agriculture.

Marguerite LUSSAUD — Bruno de LA MORINIÈRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *