Infolettre du mois des conseillers régionaux FN (Loire-Atlantique, novembre 2016)

800-440px-CRPdL

Communication du groupe Front national au conseil régional des Pays de la Loire

Commissions sectorielles du 14 novembre 2016

Finances, ressources humaines, affaires générales, coopération interrégionale, affaires européennes et coopération internationale

Jean Goychman et moi avons décelé des propositions dans la continuité de la gauche de la part de l’équipe de Bruno Retailleau, lors la commission Finances. Ainsi, il était proposé des subventions aux syndicats pour 175 000 euros, dont deux subventions de 10 000 euros à la CGT et à Force ouvrière pour l’impression de leurs journaux régionaux : on n’achète pas la paix sociale dans le personnel régional sans lâcher du lest, sauf qu’il s’agit de l’argent des Ligériens. L’habituelle politique de la « droite » : couchée devant la gauche. Autre aberration : il était demandé de financer sous couverture européenne des colloques inutiles à l’âge des échanges internationaux par Internet, comme sur la mobilité européenne des « jeunes ayant moins d’opportunités ». Donnons-leur d’abord de la formation et du travail ici.

Viennent ensuite les 30 000 euros pour un projet d’assainissement de l’eau en Inde : nos petites communes ont trop de difficultés financières pour le traitement des eaux usées pour que nous votions ce gaspillage. Nous avons refusé également les subventions des 120 000 euros à Angers Télé et 750 000 euros à France télévisions. Les médias subventionnés ne sont pas libres, et la preuve : le FN n’y a pas été invité une seule fois depuis les dernières régionales et les migrants y sont plus honorés que les Ligériens français. Le FN ne finance pas la censure anti démocratique. Question fondamentale que n’abordaient pas les rapports proposés : établir des hypothèses de l’évolution de la dette en fonction de l’évolution possible des taux d’intérêts sur les 5 ans à venir. Cette demande de Jean Goychman a été jugée intéressante et retenue par le vice-président François Pinte.

Pascal GANNAT, président du groupe — Jean GOYCHMAN

Entreprises, développement international, tourisme, innovation, enseignement supérieur et recherche

Ce lundi 14 novembre se tenait la commission Entreprises, développement international, tourisme, innovation, enseignement supérieur et recherche, sous la présidence de Paul Jeanneteau.

De nombreux rapports ont soulevé des questions quant au mode de financement qu’ils proposaient. En effet, un nombre important de crédits ont été affectés en subventions non remboursables à différents opérateurs privés. Fidèle à notre discours, nous nous sommes opposés à ces modes de financement générant une véritable distorsion de concurrence. Nous avons, à cette occasion rappelé avec force notre position consistant à apporter un partenariat véritable et pérenne aux entreprises ligériennes par l’octroi d’aides ou de prêts remboursables.

De nombreux crédits ont également été affectés à diverses études plus ou moins fondées et pour lesquelles nous constatons qu’elles nous sont la plupart du temps imposées car déjà réalisées ! Il en va de même des études liées au FRAC ou à d’autres organismes dont la finalité paraît pour le moins, sinon douteuse, du moins illusoire…

Dernier point qui a attiré notre attention, l’abandon d’une créance au profit d’une entreprise qui avait bénéficié d’une avance remboursable en 2002… et dont l’activité a cessé depuis 2010… Ce manque de suivi – que nous avons déjà relevé – et cette décision donnent un signal ambigu aux futurs demandeurs ; le partenariat régional avec une entreprise bénéficiaire d’aides ou de prêts doit être une relation gagnante-gagnante et imposer à chaque partenaire le respect de ses engagements dans la durée.

Le lien vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=jiIZseiuB18

Pascal NICOT — Samuel POTIER

Education et lycées, orientation et lutte contre le décrochage, civisme

Le projet de renommer un lycée de la Roche-sur-Yon « Rosa Parks », sous prétexte qu’il fallait « féminiser les noms des lycées ligériens », a rencontré mon opposition. Le groupe FN-RBM s’étonne en effet de cette tendance visant à convoquer des figures hors-sol en les érigeant en modèles pour nos lycéens – le nom donné à un lycée est en effet pour le moins chargé de sens. Est-ce à dire par ailleurs qu’aucune femme française n’était digne d’être choisie ?

Par ailleurs, le groupe FN-RBM a fait remarquer le laxisme de la région qui n’a pas agi entre 2007 et 2013 auprès d’un lycée qui ne payait pas ses droits d’utilisation d’équipements sportifs pendant 6 ans ! La solution de la région ? Éponger la dette en rajoutant une subvention ! De ce point de vue, la Région devrait revoir sa politique de dotations en demandant des contreparties de responsabilité de ces établissements qui ont un problème de gestion. Il serait grand temps de rappeler aux gestionnaires de ces lycées que ce sont les contribuables qui payent à la fin.

Alain AVELLO

Transports, mobilité, infrastructures

Lors de la commission Transports du 14 novembre, j’ai fait part au président Hunault des réticences de mon groupe concernant l’attribution de certaines subventions par la Région. Ainsi, à l’examen du rapport 359, relatif à la multimodalité et aux « solutions innovantes », j’ai pu constater que la Région s’apprête à octroyer pas moins de 43 000 euros à deux organismes : l’Observatoire régional des transports (ORT) et l’Association Sud-Loire-Océan (ASLO).

Sous couvert de promouvoir les transports publics régionaux ou de penser leur organisation, ces structures parapubliques, mal connues, assez opaques et relativement politisées dans leur gestion, assument en réalité des prérogatives qui devraient être celles des services du Ministère des Transports, qui doit rester pleinement décisionnaire de notre aménagement territorial.

Jean-Claude BLANCHARD

Territoires, ruralité, santé, environnement, transition énergétique, croissance verte et logement

Aujourd’hui en commission territoire et ruralité, le plus gros dossier concernait les nouveaux contrats régionaux (NCR) fruits de négociations entre les communautés de communes et la Région. En effet, la Région subventionne une partie des projets communaux (salles de sport, réhabilitation de mairies…) par ces contrats. Les élus des communes nouvelles justifiaient leurs projets antidémocratiques par des économies : nous nous sommes rendu compte qu’en effet les économies étaient au rendez-vous, 1,5 millions d’euros rien que pour le siège de Mauges Communautés à Beaupréau dans le Maine-et-Loire !

Par ailleurs, nous sommes satisfaits de l’infléchissement de la politique régionale de santé vers la prévention des addictions (alcoolémie, drogues…) auprès des publics jeunes (lycéens et apprentis) comme nous l’avions souhaité lors de la dernière séance plénière d’octobre.

Aymeric MERLAUD — Brigitte NÉDÉLEC

Agriculture, agro-alimentaire, forêts, pêche, mer

Nous avons voté un certains nombres de mesures d’accompagnement par la Région de différentes filières : pisciculture extensive en étangs, saliculture (installation de saliculteurs et d’une coopérative), transformation et commercialisation des produits de la pêche, conchyliculture (promotion du Comité régional conchylicole), ostréiculture…

Nous nous sommes en revanche abstenus concernant les rapports relatifs à l’industrie agro-alimentaire, l’économie de proximité et le développement durable, considérant qu’il s’agissait de budgets extravagants, alloués à des sociétés d’ores et déjà bien pourvues, financièrement.

Marguerite LUSSAUD — Bruno de LA MORINIÈRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *