Jean-Marc Beauvais rejoint le FN

800-440px-lhdsm

Article de L’Hebdo de Sèvre et Maine du 5 janvier 2017

Responsable départemental de Debout la France et membre siégeant à la commission nationale du parti de Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Marc Beauvais a décidé de rallier le Front national cet automne. Le Vertavien de 64 ans a franchi le pas « après une année de réflexion ». « Il y a deux raisons principales à cette décision », explique celui qui a fait toute sa carrière dans le secteur bancaire et immobilier : « d’abord, le fait que les programmes des deux partis se ressemblent à 90-95 %, ensuite, que Debout la France, bien qu’intéressant et gagnant quelques points à chaque scrutin, manque d’efficacité et a du mal à s’entourer de personnes emblématiques et susceptibles de rassembler. Il jouera gros lors de la prochaine présidentielle. »

Après avoir laissé passer les querelles internes de la fédération départementale du FN, Jean-Marc Beauvais a proposé ses services au nouveau bureau présidé par Alain Avello, ce professeur de philosophie yonnais de 45 ans. Il sera en charge de la formation des nouveaux membres : parler à la presse, mener une campagne électorale… seront quelques-unes de ses missions. « Ce n’est pas un changement par opportunisme. », insiste-t-il. « Je connais bien Samuel Potier, l’ancien secrétaire départemental » (NDLR : conseiller régional résident à La Chapelle-Heulin). « On discute depuis deux-trois ans. C’était dans l’air du temps. Je pense de plus en plus que je peux apporter mon expérience. » Mais ce ne sera pas pour les législatives, en tout cas, du moins, en tant que candidat : « Je n’en serai pas un. Par contre, si je peux jouer un rôle dans la dixième circonscription, ce sera avec plaisir. »

Jean-Marc Beauvais préfère être dans l’ombre, comme pour les régionales, ou les européennes. En 2013, il avait annoncé sa candidature pour les élections municipales de Vertou, avant de se retirer, expliquant que « certains membre de [sa] liste avaient subi des pressions du camp Amailland et avaient dû se désister ». Le Vertavien se dit proche « des idées sociétales et de souveraineté nationale de Marine Le Pen », plus que celles de Marion Maréchal-Le Pen. La première réunion du bureau départemental semble avoir « donné du sens à [son] nouvel engagement ». C’est ce qui l’a convaincu d’intégrer le mouvement.

SUR CE MÊME THÈME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *