L’école doit éduquer, pas endoctriner

550px-Anarchisme

Communiqué de Jean-Claude Blanchard, conseiller municipal de Saint-Nazaire, conseiller à la CARENE

     J’apprends avec stupéfaction qu’au lycée expérimental de Saint-Nazaire, déjà tristement célèbre pour être l’un des plus mauvais lycées du pays avec 8 % de réussite au baccalauréat, était organisée ce vendredi une projection d’un film et la présentation d’un livre. Ces deux « œuvres » – je ne saurai dire – sont dédiées aux Groupes d’action révolutionnaires internationalistes (GARI). Ceux-ci, formations anarchistes d’extrême gauche actives durant les années 1970 contre le régime finissant de Franco, se sont faites connaître par leurs méthodes.

     Quelles sont ces méthodes dont le lycée expérimental de Saint-Nazaire se fait l’apologue ? Il y a le financement par le biais de hold-up et de braquages de banques. Il y a les attentats à la voiture piégée et à la mitraillette, visant des ponts, véhicules, banques, gares, palais de justice, consulats, lieux de culte, compagnies aériennes, postes-frontières et sièges de journaux ; donc, de symboliques atteintes aux biens, aux personnes, aux institutions et jusqu’à la liberté même d’expression ! Il y a, encore, de fausses alertes à la bombe, et les vraies bombes qui explosent, blessant grièvement douze civils.

     Voilà deux documents qui ne sont pas présentés à des étudiants en histoire ou en sciences politiques d’une vingtaine d’années, sous la forme contextualisée de sources historiques, sujettes à recherche et débat, par exemple dans le cadre de travaux dirigés. Non ! Ce sont de jeunes gens d’une quinzaine d’années qui en seront les destinataires, non seulement sans le recul critique mais en plus – c’est cadeau ! – le commentaire partial et passionné de Nathalie Bruneau, ancienne élue Label gauche au conseil municipal, antifasciste assumée et dont le seul objectif pédagogique semble être la lutte contre le Front national en général et ses élus nazairiens en particulier.

     Je rappelle – mais pourquoi faut-il le rappeler ?! – que l’école est un espace sanctuarisé. La neutralité de l’enseignement et des enseignants doivent rester la norme. Aucune propagande ne saurait être tolérée, même dans un établissement « expérimental », a fortiori quand celle-ci promeut le terrorisme !

     J’en réfèrerai donc dès aujourd’hui tant à l’inspection d’Académie qu’au conseil régional et qu’au conseil général.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *