Le Département de la Loire-Atlantique en danger face à l’afflux de jeunes étrangers

800-440px-Migrants

Tribune d’Éléonore Revel, secrétaire départementale du Front national (FN) de la Loire-Atlantique


Ces jeunes sont le plus souvent des migrants économiques dont on ne dit pas le nom ; souvent « sacrifiés » par leurs familles, envoyés pour travailler en France. La grande difficulté des pouvoirs publics est d’établir avec certitude l’âge de ces jeunes, car de leur âge dépend leur statut : soit ils sont mineurs et le Département se doit de les assister, soit ils sont majeurs et doivent donc faire une demande d’asile. Les tests osseux pratiqués pour définir l’âge de l’individu mettent du temps et ne sont pas gratuits.

Le Département, qui déclare que l’accueil de ces migrants « met en péril ses finances » se voit contraint d’alerter le Premier ministre. Cette inconséquence de nos politiques d’imposer aux Français l’accueil massif de mineurs étrangers, et de migrants en général, conduit — puisqu’ils ne sont pas assimilés à notre nation — à créer le ciment du communautarisme et une hausse compréhensible de l’insécurité, en particulier à Nantes.

Le Front national (FN) a toujours alerté le Gouvernement sur cette arrivée massive de migrants et sur l’incapacité que nous avons à leur offrir un accueil digne. De plus, cet accueil massif de mineurs étrangers ne met-il pas en péril l’aide sociale — principal champ de compétences du Département — que nous devons apporter à nos concitoyens, à nos trois millions de jeunes en difficulté et, plus généralement, à nos dix millions de pauvres ?

► SUR CE MÊME THÈME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *