Le FN demande l’abandon en l’état du projet YelloPark, et le maintien de la Beaujoire

800-440px-Beaujoire

Communiqué de presse d’Eléonore Revel et d’Arnaud de Rigné


La consultation au sujet du YelloPark, ce nouveau stade au nom anglophone voulu par Waldemar Kita (adoubé par Johanna Rolland et Laurence Garnier) censé remplacer la Beaujoire, vient d’être lancé par la Commission nationale du débat public (CNDP). Puisqu’il s’agit de recueillir les avis des Nantais, le Front national (FN) de la Loire-Atlantique tient à apporter le sien

On peut tout d’abord s’interroger sur la démolition prévue de l’actuel stade de la Beaujoire. En effet, l’on veut nous faire dire que le stade historique du FC Nantes ne serait plus aux normes. Or, en réalité, seules deux modifications permettraient d’élever le stade en catégorie 4 de l’UEFA, soit la plus élevée : installer un système informatique pour l’accueil du public et réaménager la salle de conférence de presse. De plus, près de 13 millions d’euros ont déjà été dépensés par le contribuable pour la réhabilitation du stade, lequel, décrit comme « particulièrement fonctionnel », a été retenu pour accueillir la Coupe du monde de Rugby 2023 et les Jeux olympiques de 2024.

On peut ensuite se questionner sur les futures dépenses prévues pour construire le YelloPark (près de 200 millions d’euros, dont il se murmure qu’ils pourraient venir de l’étranger). Johanna Rolland a déclaré ne pas engager de fonds publics, mais on peut se demander qui financera les expertises demandées par la métropole pour étudier la viabilité du projet, le développement de l’accessibilité et les charges d’entretien du site. Nous nous inquiétons également de la future disparition de ce que le site paris2024.org appelle à juste titre [l’] « ambiance extraordinaire et légendaire » du stade de la Beaujoire. En effet, ses clubs de supporters, ses tifos, ses vendeurs ambulants et son ambiance familiale ont fait la réputation du site. Waldemar Kita semble compter sur des hypothétiques « pôles d’attractivité » pour maintenir l’afflux de visiteurs dont dépend la survie financière du projet. Mais attractifs pour qui ? Celui-ci souhaite que l’on puisse se faire apporter un café ou un maillot. Cela tranche avec la culture populaire que nous connaissons bien à la Beaujoire, et que le président du club semble ignorer, lui qui préfère faire la part belle aux sponsors et au business.

Lieu de dépassement de soi et de transmission, un stade de football doit aussi rester un lieu de partage et de fête. C’est avant tout pour cela que le FN de la Loire-Atlantique souhaite l’abandon en l’état de ce projet de YelloPark, et le maintien du stade de la Beaujoire en y apportant les modifications nécessaires. De toute évidence, l’ambiance et l’esprit du stade dans lequel évoluent les Canaris seraient largement mis à mal si ce projet venait à se concrétiser en l’état actuel.

► SUR CE MÊME THÈME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *