Sur les panneaux solaires chinois

500px-Philippot

Communiqué de presse de Florian Philippot, vice-président du Front national (FN)

L’accord passé entre la Chine et l’Union européenne pour régler le contentieux autour des panneaux solaires, et le dumping insupportable exercé par les industriels chinois, est révélateur de l’impossibilité structurelle de mener au niveau européen une politique de protectionnisme intelligent.

L’on se souvient de l’agitation de la Commission européenne pour faire croire qu’elle allait protéger l’industrie des panneaux solaires et faire soudainement ce qu’elle s’était toujours, par principe, interdit de faire. Les résultats sont là. Quelques semaines après cette opération, c’est un accord aux allures d’acte de capitulation qui a été signé.

Ce n’est pas un hasard si les seuls satisfaits par le présent accord sont ceux qui s’étaient opposés aux mesures de taxations exceptionnelles proposées par la Commission européenne, à savoir la Chine et l’Allemagne. A l’inverse, les industriels du secteur ont fait part de leur immense déception pour un accord qui maintient, selon leurs propres dires, une situation de dumping intolérable au regard de leur faible niveau de compétitivité.

Ainsi, une fois de plus, il est démontré qu’en refusant d’agir au niveau national on laisse mourir des branches entières de notre industrie. L’Union européenne est incapable de protéger son industrie car elle est incapable de remettre en cause les dogmes du libre-échange absolu et sans entrave qui fondent sa politique économique. Les mesures anti-dumping proposées dans un premier temps par la Commission européenne, dans un secteur déjà ravagé par la concurrence internationale, ne seront donc pas allées jusqu’à leur terme, alors qu’elles étaient, il faut le rappeler, extraordinairement faibles comparées aux mesures prises ailleurs dans le monde, notamment par les Etats-Unis (taxation européenne de 47,5 % maximum, contre 250 % aux Etats-Unis), et de surcroît limitées dans le temps.

Pour cette dernière raison, la Commission était de toute façon pieds et poings liés. Les taxations exceptionnelles qu’elle avait ordonnées ne pouvant courir que jusqu’en décembre 2013, les négociations avec la Chine ne pouvaient qu’échouer et aboutir à un tel accord.

Face à cet échec, le Front national exige la mise en place d’un protectionnisme intelligent aux frontières nationales, non seulement pour protéger notre industrie des panneaux solaires, mais plus largement l’ensemble des filières économiques soumises à une concurrence internationale déloyale, y compris lorsqu’elle provient de pays membres de l’Union européenne (actuellement 2/3 des délocalisations d’entreprises se font en son sein).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *