Le scandale du coût de la formation des détenus français et étrangers

800-440px-Nicot

Communiqué de presse de Pascal Nicot, conseiller régional FN des Pays de la Loire


Le 13 novembre dernier, la commission d’appel d’offres (CAO) de la Région Pays de la Loire a fait voter plusieurs marchés pour la formation des détenus en maisons d’arrêt dont celle des Croisettes, au Mans. S’il va de soi que la formation professionnelle permet d’aider à la réinsertion des prisonniers après leur libération, au moins pour certains d’entre eux, le coût exorbitant de ces formations est parfaitement scandaleux.

Les stages de formations sont dispensés in situ à raison de 28 heures par semaine, sur la base du volontariat. Les détenus sont formés aux métiers du bâtiment et de l’industrie principalement, et peuvent se voir délivrer des certificats d’aptitude à l’issue de la formation. Ces formations sont facturées à la région entre 10 et 12 euros de l’heure par détenu. Une douzaine de détenus suivent en même temps la même formation, soit une journée de formation facturée à la région à plus de 1000 euros hors-taxe ! Le coût par détenu et par semaine est de l’ordre de 300 euros, soit près de 1 200 euros par mois. Qui plus est, le détenu formé est payé entre 2 et 3 euros de l’heure, soit environ 300 euros par mois. C’est donc un coût de plus de 1 500 euros par mois pour la collectivité. Ces formations sont ouvertes aux détenus de nationalité étrangère dans les mêmes conditions. Quand on sait que de nombreux demandeurs d’emploi français, ayant dûment cotisé et assumé leurs obligations de citoyens, peinent à se faire financer les formations dont ils ont besoin pour retrouver un emploi, ces décisions sont parfaitement injustes et scandaleuses.

Sur ce sujet, la région ne fait qu’appliquer la loi Sapin issue bien évidemment de directives européennes. Mais la mise en concurrence entre les entreprises formatrices n’est pas suffisante (seulement deux offres en moyenne par formation). Résultat : un prix payé par le contribuable deux fois trop important. Le Front national (FN) a voté contre l’attribution de ces marchés contrairement à l’ensemble des autres formations politiques.

► SUR CE MÊME THÈME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *