Les non-dits de la vidéo-protection à Saint-Nazaire

Security CCTV camera in office building

Communiqué de presse du Front national (FN) de Saint-Nazaire


Vingt-sept caméras de vidéo-protection viennent d’être installées ces dernières semaines à Saint-Nazaire. Deux ans après le vote d’une délibération relative à cette installation, mieux vaut tard que jamais… À l’époque, le Front national s’était naturellement déclaré favorable à cette mesure, qu’il avait d’ailleurs été présenté dans son programme ; il était donc d’accord avec la majorité… Verts exceptés !

Cependant, l’installation de cette vidéo-protection dans la Cité portuaire ne résout pas tous les problèmes. Ce n’est pas que cette solution soit inefficace (bien au contraire), mais la manière dont la majorité la met en place révèle bien des non-dits.

Il a tout d’abord été constaté, depuis juillet, qu’un certain nombre de caméras sont particulièrement mal orientées. Cela est patent à proximité du B (ancien Balto), avenue de la République : un trafic de drogue s’y déroule chaque soir, mais les caméras sont orientées… dans l’autre sens ! Des caméras-dômes auraient dû être privilégiées, moyennant un investissement supplémentaire, pour un maximum de possibilités d’orientation. Avec un maire FN à Saint-Nazaire, ces boules bienveillantes seront installées.

Quant à l’annonce de Xavier Perrin, adjoint du maire à la sécurité, concernant l’organisation d’une réunion annuelle de suivi, elle fait tiquer. Monsieur Perrin indique en effet à la presse que, au prétexte que cette vidéo-protection implique des questions de libertés publiques, la Ligue des droits de l’homme (LDH) siègerait de droit, aux côtés de la Mairie. Cette immixtion de la LDH au sein de la politique de tranquillité publique de la Mairie, au prétexte des « libertés publiques », doit inquiéter : elle en dit beaucoup de la proximité idéologique entre une majorité municipale de gauche — surtout, ses élus radicaux — et une association richement subventionnée.

Si la LDH veut assurer notre sécurité, qu’elle investisse un de ses poulains de gauche qui pullulent dans les élites nazairiennes ; elle pourra alors concourir loyalement à la prochaine élection municipale, dans l’espoir de la remporter. Mais elle ne peut prétendre s’ingérer dans la sécurité des Nazairiennes et des Nazairiens, n’étant pas représentative de leurs intérêts, bien loin de là. Plus généralement, qu’elle se contente de défendre les droits de l’homme, et qu’elle ne fasse pas de politique à Saint-Nazaire…

► SUR CE MÊME THÈME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *