Les syndicats ferroviaires boudent, les usagers le paient de leur santé

800-440px-jcb

Communiqué de presse de Jean-Claude Blanchard, conseiller régional des Pays de la Loire, conseiller municipal de Saint-Nazaire

Ces derniers jours, la presse régionale rend compte des retards à répétition que connaît notre réseau TER, notamment entre La Roche-sur-Yon et Les Sables-d’Olonne, et dans les Pays de Retz. Les feuilles mortes n’expliquent pas tout… Cet argument commode permet de ne pas évoquer les grèves régulières que connaît actuellement le réseau.

Il faut, justement, les évoquer. CGT et Sud Rail viennent ces derniers jours de déposer un préavis de grève, pour protester contre leurs conditions de travail : nouveaux roulements de service, repos du nouveau service d’hiver, et perspective d’une mise en délégation de service public du réseau ferroviaire régional. Dans les Pays de la Loire, 70 % sont actuellement en circulation, des autocars assurant un palliatif des plus aléatoires.

Sans bien sûr remettre en cause le droit de grève, il faut bien constater que les organisations syndicales manquent de jugement, par le déclenchement d’un nouveau mouvement social au moment d’une date chargée (la fin des congés d’hiver) et alors que plusieurs épisodes de pollution aux particules fines (PM10) viennent de se déclencher dans plusieurs villes de France : à Paris, à Grenoble, mais aussi, désormais, en Loire-Atlantique, dans le Maine-et-et-Loire et en Mayenne.

Cette émergence de pics de pollution au-delà de Paris, y compris dans notre région, devrait être prise en compte par des organisations syndicales prétendant servir la qualité du service public, mais qui pénalisent en réalité doublement les usagers : en les empêchant de se déplacer, et en surexposant leur santé aux particules fines, par l’usage accru de l’automobile naturellement constaté en cas de diminution du trafic ferroviaire. À bouder de la sorte, les syndicats ferroviaires font en fait payer les gens ordinaires : de leur patience, et de leur santé…

SUR CE MÊME THÈME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *