Lettre de Pascal Gannat aux élus de l’opposition et de la majorité

800-440px-gannat2

Communiqué de presse de Pascal Gannat, président du groupe Front national-Rassemblement Bleu Marine au conseil régional des Pays de la Loire

Mes chers collègues,

Certains élus de la majorité LR-UDI et du PS au conseil régional des Pays de la Loire ont tenu des propos inadmissibles à l’encontre des élus du groupe FN-RBM.

Par exemple, le vendredi 13 mars 2017 en session plénière, Laurent Gérault, du groupe UDI, a accusé le groupe FN-RBM d’avoir des racines nauséabondes et d’être héritier des collaborationnistes du nazisme. Face à ces attaques, j’ai vivement réagi pour rappeler qu’en aucun cas les idées de notre mouvement n’avaient à voir avec le racisme. J’ai également évoqué la mémoire de ces résistants Français, compagnons de la Libération et membres fondateurs du FN : Horace Savelli et Michel de Camaret, ce dernier ayant siégé comme Député européen FN, Rolande Birgy, célèbre résistante, nommée « Juste parmi les nations » du mémorial Yad Vashem, pour avoir sauvé de nombreux Juifs Français et européens.

Dans toutes les familles politiques, il y eu des choix contestables sous l’Occupation, de Marcel Déat le socialiste, en passant par Jacques Doriot le communiste, ou encore par François Mitterrand, décoré de la Francisque. Les européistes de l’UDI oublient trop souvent que Robert Schuman, chrétien-démocrate et père fondateur de la Communauté européenne, a été frappé d’indignité nationale à la Libération pour faits de collaboration ; ou que Walter Hallstein, premier président de la Commission européenne, avait été nommé recteur d’Université sous le régime nazi. En outre, l’indifférence, voire même la complaisance face aux crimes contre l’humanité du communisme a été partagée en France par plusieurs courants politiques.

Notre groupe comprend parmi ses membres trois fils ou filles de résistants : Jean Goychman, fils de Compagnon de la Libération, issu d’une famille juive ukrainienne et dont le grand oncle est mort en camp de concentration ; lui-même président en 1967 du Comité lycéen de vigilance et d’action contre le nazisme.
Brigitte Neveux, pupille de la Nation, dont le père jeune officier a intégré les Cadets de Saumur à l’âge de 21 ans pour défendre les ponts de la Loire contre l’ennemi ; elle avait deux mois lorsqu’il est mort, le 15 juillet 1944, fusillé à Angers sans jugement par les nazis pour avoir convoyé des armes destinée à la Résistance. Il appartenait au réseau Alliance dont le chef était la propre tante de Brigitte Neveux : Marie-Madeleine Fourcade, célèbre résistante et Compagnon de la Libération. Enfin, moi-même, Pascal Gannat. Ma mère fut durant ses deux dernières années de lycée membre d’un réseau communiste de Résistance au sein duquel elle remplissait des missions d’agent de liaison en transportant des documents et des armes de poing.

De tels propos tenus par certains membres de vos groupes politiques n’honorent pas notre assemblée, et nuisent à la qualité du débat démocratique, lequel peut être âpre, dur, conflictuel, mais ne peut se réduire à l’injure.

Nous demandons aux conseillers régionaux des Pays de la Loire, membres de la majorité ou de l’opposition, de bien vouloir éviter à l’avenir les propos inutilement blessants et mensongers à l’encontre des élus du Groupe FN-RBM. Si cela venait à se reproduire, nous nous réservons le droit de déposer plainte pour diffamation. Le devoir de mémoire n’est pas à sens unique.

Je vous prie de croire, cher(e)s collègues, à l’expression de mes salutations respectueuses.

► SUR CE MÊME THÈME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *