L’impossible alliance avec Bruno Retailleau

800-440px-gannat6

Communiqué de presse de Pascal Gannat, candidat tête de liste du Front national (FN) aux élections régionales dans les Pays de la Loire

Je n’ai jamais proposé de fusion de listes avec l’assemblage de partis que Bruno Retailleau tente de rassembler plutôt qu’il ne les dirige. Confusion des idées et contradictions internes sont les deux piliers branlants de la liste Retailleau : l’UDI euro-fédéraliste, pro-immigrationniste et pro-mariage homosexuel, l’autre l’aile droite Sens commun d’inspiration conservatrice anti-loi Taubira, avec au milieu les Républicains, divisés entre fillonistes, sarkozystes et juppéistes, mais partageant un flou complet sur la fiscalité, l’espace Schengen, l’enseignement et la souveraineté de la France, entre autres sujets.

Nous défendrons notre programme, et nous démontrerons que l’analyse du programme économique du FN réalisée par des économistes rémunérés par les Républicains est fausse, car reposant sur des hypothèses biaisées.

Il n’y aura ni fusion de listes ou autres manœuvres politiciennes avant le second tour, ni cogestion après le second tour. Des incompatibilités majeures nous séparent des UDI-Républicains :

  • opposition au traité TAFTA, qui conduirait à la ruine de nos agriculteurs, à la désertification rurale et à la disparition de notre patrimoine culinaire ;
  • opposition à l’embargo russe, qui est une des causes principales des difficultés que connaissent nos producteurs agricoles ;
  • gel de toute forme d’immigration (clandestine bien entendu) mais aussi économique et de rapprochement familial, reconduite systématique des personnes en situation irrégulière vers leurs pays d’origine (déboutés du droit d’asile, immigrés économiques clandestins, …) ;
  • préférence régionale au profit des PME-PMI régionales pour l’attribution des marchés publics passés par la Région ;
  • prestations sociales au seul profit des citoyens français.

Nous accepterions de voir reconnaître un programme de salut régional face à la gauche portant sur huit ou dix points essentiels pour nos électeurs et prioritaires pour redresser les Pays de la Loire, et que pourrait soutenir la liste UDI-Républicains. Certes, Bruno Retailleau avait déjà rejeté cette idée lors des départementales, entraînant ainsi le maintien à gauche du conseil départemental de la Loire Atlantique qui était prenable par une union programmatique minimale, mais le sens du bien commun peut lui revenir. En dehors de la prise en compte de ces principes essentiels, il est donc inenvisageable de procéder à Nantes à des combinaisons de couloir avec des partis que nous combattons et qui au Parlement européen, particulièrement, sont en constant alignement sur les positions de la gauche.

Notre adversaire demeure le socialisme devenu antinational et antisocial, tout comme la tentation centriste constante de la droite de reprendre les idées de la gauche pour gagner les élections et ensuite abandonner toute réforme antisocialiste et toute efficacité politique. La liste Front national que je dirige dans les Pays de la Loire ne sera pas une énième alternance, mais la grande alternative au système des partis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *