Mistral : la France décrédibilisée

Communiqué de presse de Marine Le Pen, présidente du Front national (FN)

L’officialisation hier de la non-livraison des navires Mistral à la Russie constitue une faute lourde de François Hollande, qui porte gravement atteinte à la crédibilité même de la France.

En effet, aux considérations financières importantes de cet accord de non-livraison (entre 800 millions et 1,2 milliard d’euros à rembourser), obligeant le contribuable à assumer les choix désastreux du président de la République, s’ajoute des considérations politiques et commerciales qui entachent durablement l’image de notre pays.

La soumission aux Etats-Unis, qui avaient ouvertement réclamé la suspension de ce contrat d’armement passé avec la Russie, apparaît ainsi au grand jour. La fiabilité de la France, en tant que partenaire commercial stratégique, prend évidemment un coup sévère qu’il est difficile d’appréhender dans son toute son ampleur, tant les effets négatifs d’une telle décision peuvent se faire ressentir pendant des années.

En outre, comment ne pas s’étonner de l’ardeur mise par François Hollande à annuler ce contrat au nom de principes moraux, qui soudainement s’évaporent lorsque il s’agit de conclure des contrats d’armement avec des pays tels que l’Arabi saoudite ou le Qatar, deux dictatures islamistes appliquant la charia.

Il est enfin consternant de voir qu’une décision aussi fondamentalement contraire aux intérêts de la France, que ce soit en termes financiers, politiques, commerciaux et donc sociaux par les milliers d’emplois qui sont en jeu, puisse être prise au sommet de l’Etat par celui qui a en charge, précisément, la défense de ces intérêts stratégiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *