Monsieur Retailleau préfère les lambris dorés du Sénat

800-440px-Retailleau3

Communiqué de presse de Jean Goychman, président du groupe Front national-Rassemblement Bleu Marine au conseil régional des Pays de la Loire


Bruno Retailleau démissionne de la présidence du conseil régional des Pays de la Loire moins de deux ans après avoir été élu, pour se consacrer à la présidence du groupe républicain au Sénat. Christelle Morançais a été désignée comme successeur.

Cette démission va provoquer de puissants remous au sein de la majorité régionale, notamment à cause des centristes, qui préféraient François Pinte ou Paul Jeanneteau à madame Morançais. Était-ce vraiment le moment opportun ? Entre les difficultés de nos agriculteurs, de nos TPE-PME, de la ruralité, les incertitudes quant aux dossiers décisifs pour la région, comme STX et le projet d’aéoroport de Notre-Dame-des-Landes, le moment est plutôt mal choisi.

D’aucuns ne manqueront pas de noter une certaine similitude de comportement tout au long de sa carrière politique, abandonnant ainsi la Région pour se consacrer à une carrière parisienne. Quelle sera la prochaine étape ? Le Sénat, que de Gaulle voulait supprimer, n’est pourtant jamais passé pour un tremplin efficace pour qui veut atteindre les cîmes du pouvoir…

Dès la campagne des régionales, le FN avait parié qu’il démissionnerait. Pari tenu. Bruno Retailleau espérait probablement à l’époque une abolition de la loi du non-cumul des mandats, mais tel ne fut pas le cas. Cette décision parait particulièrement malvenue, alors même que la confiance entre les responsables politiques et leurs électeurs ne cesse de s’amenuiser.

► SUR CE MÊME THÈME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *