Nouvelles commandes navales : non, tout ne va pas « mieux » pour autant

800-440px-Chantiers

Communiqué de presse du Front national (FN) de Saint-Nazaire

L’annonce de la commande par le croisiériste américain Royal Caribbean International de trois nouveaux paquebots aux chantiers navals STX de Saint-Nazaire est une bonne nouvelle pour l’industrie de notre région. Avec celles dont l’annonce a précédé, ces dernières semaines, l’avenir de STX Saint-Nazaire semble désormais consolidé jusqu’en 2022-2023. 2,5 milliards d’euros sont promis avec ces commandes, moyennant 22 millions d’heures de travail. S’il faut se féliciter de ces bonnes nouvelles successives, il importe toutefois de ne pas en rester à l’autosatisfaction.

C’est pourtant bien la position du maire de Saint-Nazaire et président de la CARENE — le socialiste David Samzun — dont le constat local du « Ça va mieux » présidentiel n’est pas conforme à la réalité de ce que vivent les habitants de la région nazairienne, et doit donc être dénoncé. Non, cela ne va pas mieux qu’avant à Saint-Nazaire et dans sa région, où, pour en rester à notre industrie, le travail détaché pèse toujours d’un poids écrasant sur les salaires, les garanties sociales et le moral d’ouvriers français quotidiennement mis en concurrence avec les ouvriers d’autres pays.

Monsieur Samzun peut bien balayer ces accusations d’un revers de main, comme il le faisait encore le 9 mai dernier sur l’antenne de France inter, à l’écoute de Nazairiens mécontents de sa politique, les traitant en marginaux. Mais ce problème existe. Pire : il s’aggrave, faute d’une politique de rupture face aux directives européennes. Ces nouvelles commandes navales ne sont donc qu’une bonne nouvelle de façade, sur lesquelles s’appuie abusivement la majorité de gauche, pour se légitimer. Mais nos ouvriers ne veulent pas bâtir malgré eux la carrière de monsieur Samzun, homme sans patrie autre que celle des « valeurs ». Ils veulent bâtir entre Français, et pour la France !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *