Pascal Gannat sur Breizh-info

Article de Breizh-info du vendredi 15 mai 2015

Investi le 17 avril dernier par le Front national comme candidat tête de liste dans les Pays de la Loire aux élections régionales de décembre, Pascal Gannat était dimanche à Nantes pour la fête de Jeanne d’Arc et rencontrer les responsables et militants de Loire Atlantique de son mouvement.

60 ans, père de famille nombreuse, Pascal Gannat a fréquenté dans sa jeunesse les mouvements nationalistes. Il a rejoint le Front national en 1984, année de sa première grande percée électorale, et lui est toujours resté fidèle depuis. Chef de cabinet de Jean-Marie Le Pen de 1988 à 1992, conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais de 1992 à 1998, il sera aussi conseiller municipal de Roubaix. Installé depuis dans la Sarthe, ce chef d’entreprise – qui est aussi le patron de son parti dans ce département – a obtenu 39 % des voix au second tour des départementales.

Pascal Gannat déclare vivre « douloureusement » la crise du FN ayant amené la suspension de son fondateur. S’il réaffirme son total soutien à Marine le Pen, il déplore l’éviction de son père considérant toutefois que celui-ci « a été trop loin dans la réitération du point de détail ».

Insistant sur la nécessité de l’ouverture du Front national et la création du Rassemblement Bleu Marine, il se félicite que celui–ci ait pu être rejoint par des militants issus de la mouvance identitaire.

Dans l’ensemble des Pays de la Loire le Front national a obtenu 21% des voix aux élections départementales de mars. C’est pourquoi il pense pouvoir faire entrer un groupe de 15 à 20 élus au conseil régional : « des hommes et des femmes capables de représenter la région sur le plan technique et politique pour y ancrer le FN dans la réalité ».

Pascal Gannat souhaite mener contre la majorité sortante, une campagne sur « un axe avant tout anti-gauche », le socialisme étant pour lui « l’idéologie de la mort », mais il n’oublie pas ce qu’il appelle la « gauche diluée » c’est-à-dire l’UMP-UDI ralliée au mondialisme. Tous étant d’accord, selon lui, pour la perte de souveraineté et le nivellement culturel par le bas des Français dont le Système « veut faire des zombies ».

Rappelant le rôle du conseil régional en matière d’enseignement , le responsable du FN dénonce avec force la nouvelle réforme de Najat Vallaud-Belkacem qui veut « vendre le cerveau des lycéens ainsi que l’âme française et son héritage gréco-latin au matérialisme marchand« .

Pascal Gannat s’en prend aussi vivement au projet de traité transatlantique le TAFTA dans lequel il voit aussi un abandon de l’héritage intellectuel européen en particulier en matière de justice.

Se référant à Aristote, le chef de file régional du FN se veut le défenseur du bien commun, du beau, du juste et du vrai. Cela l’amène à faire un parallèle avec l’islam, religion de soumission de l’homme confondant le politique et le religieux. Pascal Gannat dénonce avec force « l’islamisation de la France » que Sarkozy aussi bien que Hollande ont laissé faire .

Pascal Gannat s’ en prend à Bruno Retailleau, tête de liste régionale de l’UMP-UDI, qu’il accuse d’avoir commis une double trahison : envers les Vendéens auxquels il avait promis en 2010 de se consacrer uniquement, et envers Philippe de Villiers dont les idées et les valeurs dont il se revendiquait étaient très proches de celles du mouvement national.

Dénonçant « la gestion désastreuse » du Président sortant de la région Jacques Auxiette (PS), Pascal Gannat s’engage s’il est élu à baisser le budget régional de 10 % en volume global durant les six prochaines années. C’est pour lui la seule façon de réduire la fiscalité et la dette. Rappelant qu’au bout d’un an de mandat, la population des douze mairies gérées par le Front national affiche un taux de satisfaction de 73 %, le candidat du parti mariniste se veut comme eux le représentant de la vraie démocratie, de l’enracinement et des traditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *