Pays nantais : quand les pouvoirs publics se soumettent aux communautarismes

800-440px-Girardin

Communiqué de presse du Front national (FN) de Loire-Atlantique

Vendredi 13 janvier 2017, Anne Girardin, ministre de la Fonction publique a visité l’Institut régional d’administration (IRA) de Nantes, qui propose une « formation à la diversité », destinée à « lutter contre les discriminations ». Elle a ensuite discuté avec les personnels municipaux membres de la cellule de sensibilisation « contre les discriminations », cellule mise en place au titre du « label diversité ». Enfin, pour faire bonne mesure, elle a rencontré les membres du centre LGBT, acteurs incontournables des programmes suscités.

Le Front national (FN) de Loire-Atlantique considérant que la République, c’est l’appartenance de tous les citoyens à la seule communauté qui vaille, la communauté nationale, combat tous les communautarismes, qu’ils soient fondés sur l’origine ou sur l’orientation sexuelle, car ils menacent l’unité et la cohésion de la nation. C’est pourquoi il dénonce cette allégeance dont les pouvoirs publics font la démonstration, lors mêmes qu’ils ne devraient être mus que par le seul souci de l’intérêt général, à l’égard d’associations militantes qui ne portent pourtant que des intérêts particuliers, largement minoritaires de surcroît.

Et il ne se laisse pas abuser quant à la prétendue « lutte contre les discriminations » devenue l’étendard d’une gauche sociétaliste en quête de clientèles électorales. Il oppose à cet enfumage électoraliste la lutte qu’il mène contre les véritables discriminations : sociales et géographiques, entre la France d’en haut, celle des métropoles connectées et compétitives, et la France périphérique des déclassés qui sont relégués à la marge des grands réseaux économiques, sur fond d’une mondialisation violente et incontrôlée, face à laquelle on les a progressivement privé de toute protection (frontières, monnaie, indépendance et souveraineté).

Le Front national de Loire-Atlantique exhorte les pouvoirs publics, l’Institut régional d’administration de Nantes et le personnel de la Ville de Nantes, à retrouver plutôt le sens de l’intérêt général et le souci du bien-être social du peuple, en s’occupant des vrais problèmes qui touchent nos compatriotes, comme la pauvreté croissante, à la périphérie des villes et dans les territoires ruraux surtout, où l’insécurité grandissante qui, bien souvent, s’ajoute à la précarité sociale.

SUR CE MÊME THÈME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *