Gauthier Bouchet : « Plus que jamais, défendre la France »

800-440px-OuestFrance-2

Tribune dans Ouest-France du 8 juin 2017


Je suis candidat à l’élection législative dans la huitième circonscription de la Loire-Atlantique pour défendre la France. Plus que jamais, je la sens attaquée, diminuée, entravée, alors que je ne conçois mon pays que comme fier, grand et libre.

Cet amoindrissement que je ressens au niveau national avec le nouveau gouvernement Macron-Philippe, je le vois aussi localement. Dans la région nazairienne, le vieux système est à bout… Marie-Odile Bouillé part, mais Laurianne Deniaud voudrait bien lui succéder, qui poursuivrait le chemin d’une gauche doctrinaire et insensible aux attentes réelles de la population. Le Gouvernement envoie pour sa part une candidate marketing, et France insoumise, un démagogue de pus. Quant à la droite, elle est inaudible.

Face à ce paysage politique morcelé, je veux incarner un espoir : celui d’une jeunesse patriote, avide d’action, et dont le représentant que je suis, dit ce qu’il fera puis, à l’Assemblée nationale, fera ce qu’il avait dit.

Je veux également incarner le désintéressement. Député de la Nation, je rétrocéderai 20 % des mes indemnités à des associations agissant dans les domaines caritatif, de la protection animale et du handicap.

Quelle serait votre première proposition de loi si vous êtes élu ?

Je proposerai une loi constitutionnalisant le principe de priorité nationale dans l’accès à l’emploi, la protection sociale et au logement, rendant les Français prioritaires.

Êtes-vous pour ou contre la réserve parlementaire, et comment l’utiliserez-vous ?

Je suis pour, mais avec l’obligation pour chaque député de la répartir dans l’ensemble des communes composant sa circonscription, proportionnellement à la démographie de chacune. C’est ce que j’appliquerai me concernant.

Comment défendre l’industrie navale ?

Il faut, dès que possible, nationaliser partiellement et temporairement les chantiers navals de Saint-Nazaire. L’État doit acquérir 51 % de l’actionnariat. La directive de détachement des travailleurs doit par ailleurs être abrogée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *