Pour une vraie défense des services publics dans la région nazairienne

800-440px-FNLEG

Communiqué de presse de Gauthier Bouchet, candidat du Front national (FN) à l’élection législative dans la huitième circonscription de la Loire-Atlantique

L’époque étant à la « rationalisation » et autres « mutualisations », le président Hollande, bien qu’officiellement de gauche, avait cru bon d’entreprendre ces dernières années une casse en règle de l’ensemble de nos services publics. Gageons qu’avec Emmanuel Macron, il n’en ira pas autrement. Au moins le nouveau président est-il honnête sur ce plan : il veut une rationalisation — comprendre, réduction — de nos services publics. En cela, comme ses prédécesseurs, il ne fera qu’appliquer docilement les Grandes orientations de politiques européennes (GOPE), annuellement émises par une commission… pourtant non élue.

Cette mise à mal de nos services publics n’est pas qu’un sujet de JT, lointain, qui ne nous concernerait pas. D’ailleurs, symboliquement, ce sujet est sous-médiatisé à dessein. Non ! Cette casse des services publics à la française, nous la vivons chez nous, comme à Saint-Nazaire. Nous en percevons les premiers effets à Villeport, où le bureau de poste s’apprête à se transformer un un Relais poste urbain, comme cinq cents autres bureaux de poste cette année dans notre pays… et trois mille cinq cents supplémentaires à horizon 2020. Quelques kilomètres plus loin, c’est la même casse qui est à l’oeuvre, avec la fermeture du poste de police à la Bouletterie, quartier pourtant sensible, tant il est exposé à l’insécurité. La situation est identique à la Cité sanitaire : des lits sont supprimés, des patients sont spoliés du service public qui leur est dû.

Ces choses étant précisées, il faut toutefois savoir faire le tri, parmi la parole des candidats… Clairement, le Front national propose une vraie défense des services publics. Mais qu’en est-il des autres ? Ces dernières semaines, le Parti communiste, qui a flairé le bon air de la campagne électorale, s’est découvert une passion pour la sauvegarde du bureau de poste de Villeport, du poste de police de la Bouletterie, des lits de la Cité sanitaire… C’est un peu tard, et un peu naïf : qui croira que les communistes veulent une vraie défense des services publics après avoir glissé, au second tour de l’élection présidentielle, le bulletin Emmanuel Macron dans l’urne ? Qu’on se le dise !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *