Prêt toxique : David Samzun prélève sur le budget de l’eau pour payer Dexia

800-440px-samzun

Communiqué de presse de Gauthier Bouchet, conseiller communautaire à la CARENE


Pour la deuxième année consécutivement David Samzun, président de la CARENE, a assumé la décision scandaleuse d’un prélèvement massif (2,7 millions d’euros) sur le budget de l’eau potable de l’intercommunalité, afin de payer des intérêts à la banque Dexia. En effet, notre communauté d’agglomération avait contracté en 2006 auprès de ladite banque un prêt de 10 millions d’euros, aux intérêts tout d’abord modestes de 3,7 %, mais qui ont ensuite explosé jusqu’à… 22 % ! Le prêt, que Joël Batteux, ancien président de la CARENE, voyait comme bénéfique pour notre collectivité, s’est donc révélé toxique.

Ce prêt toxique, David Samzun n’a entrepris de le contester que de manière tardive, et de manière molle aussi. Cette réaction timide a eu pour effet un jugement très défavorable du Tribunal de grande instance (TGI) de Nanterre à l’endroit de la CARENE, le 26 mai dernier, l’obligeant à assumer les intérêts excessifs du prêt Dexia.

Il faut d’ailleurs croire que monsieur Samzun partait battu par avance. Dès mars 2016, il faisait ainsi provisionner une partie du budget annexe de l’eau, ainsi que celui de l’assainissement public… pour payer Dexia ! Or, autant le remboursement du prêt et des intérêts est évidemment obligatoire par la CARENE, autant rien n’obligeait celle-ci à ponctionner des budgets si essentiels, qui devraient évidemment, selon nous, être sanctuarisés. Monsieur Samzun pouvait trouver l’argent ailleurs : notamment par cette politique de baisse raisonnable des indemnités d’élus et du nombre des vice-présidences que le Front national propose, et aboutirait à 200 000 euros d’économies annuelles pour la CARENE.

Pour notre part, nous ne reconnaissons aucune valeur juridique à cette décision du TGI. Nous préconisons un remboursement du prêt initial de 10 millions d’euros, ainsi que des intérêts initialement convenus à 3,7 %.

► SUR CE MÊME THÈME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *