Réflexions et consignes de vote en vue du second tour des élections législatives

800-440px-Gannat8

Tribune de Pascal Gannat, président du groupe Front national-Rassemblement Bleu Marine au conseil régional des Pays de la Loire

Plus de 45 % de Français n’ayant voté ni Fillon ni Macron au premier tour de l’élection présidentielle, n’obtiendront que 7 à 8 % de députés dimanche prochain. Ainsi s’explique l’abstention de 23 millions d’électeurs au premier tour des élections législatives. En Sarthe, comme dans les Pays de Loire, un grand nombre de candidats macronistes placés en tête ont obtenu à peine moins ou à peine plus que 12,5 % des suffrages des électeurs inscrits, ce qui prouve l’absence de majorité du conglomérat présidentiel LREM. Avec République en marche, c’est la démocratie qui est en marge.

La majorité qui vient n’en n’aura que l’apparence : elle représentera au total 25 % des électeurs français. Et la droite LR résiduelle regrettera d’avoir supprimé en 1988 la proportionnelle pour instaurer un duopole politique PS–RPR : elle en est la première victime dans les Pays de la Loire. En effet, depuis 2012, ses scores ont diminué dans l’ensemble des circonscriptions, sauf une. Cette diminution, conséquente, se situe entre 20 et 60 %, y compris dans des bastions habituellement tenus par la droite et le centre : La Baule, Castelbriantais, Pays de Retz, Vendée dans son ensemble, Saumur…

Au moment où le Gouvernement présente une « loi pour la confiance dans notre vie démocratique », la moindre des choses serait d’instaurer une proportionnelle intégrale, pour permettre aux Français d’être correctement représentés.

Voilà pourquoi, sauf dans le cas où des candidats LR prendraient des engagements précis et publics sur un certain nombre de points touchant à nos institutions, à l’immigration, à l’Union européenne et à notre souveraineté nationale, nous demeurons dans la ligne constante du FN, qui est de ne pas donner de consignes de vote.

Nous laissons donc à nos électeurs Front national du premier tour une totale liberté d’appréciation entre les candidats de la gauche macronisée soutenue par le centre et une partie des candidats LR, et des candidats LR ayant renoncé à toute idée de droite et de souveraineté républicaine, et partageant la vision mondialisée et financiarisée de monsieur Macron. Que chacun décide en toute liberté et conscience du plus grand danger à éviter pour la France.

► SUR CE MÊME THÈME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *