Régionales : le FN pilonne la droite

Article de Presse Océan du lundi 25 mai 2015, par J.-D. Fresneau

POLITIQUE. Premiers pas dans la campagne électorale aux Assises départementales hier après-midi

Le candidat du Front national aux élections régionales a ouvert le feu hier… contre Bruno Retailleau et la droite. Les élections régionales auront lieu en décembre. Mais le Front national fourbit déjà ses armes. Le parti de Marine Le Pen a choisi son leader et retient déjà le candidat UMP dans son viseur.

« Le candidat UMP Bruno Retailleau est pris en otage par le centre »

Le chef de file, Pascal Gannat, est un fidèle du Front. Cet homme de 60 ans a débuté comme collaborateur FN au Parlement européen. Puis, il a été chef de cabinet de Jean-Marie Le Pen de 1988 à 1992, avant de se lancer sur le terrain du Nord-Pas-de-Calais, où il a été conseiller régional et élu local à Roubaix. Après une parenthèse dans l’humanitaire, il est revenu au parti dont il est secrétaire départemental dans la Sarthe. Dans le discours qu’il tient, le candidat frontiste avance trois arguments. Il souligne d’abord l’évolution d’un paysage politique régional qui enregistre le repli constant de la vague rose et la création d’un socle régional FN de 21 %, puisé dans les classes moyennes, « notre cœur de cible à gauche ».

Pascal Gannat relève ensuite les « insuffisances d’une droite qui pense encore qu’elle est de droit divin dans la région ». Or, ajoute-t-il, « le sénateur candidat UMP est devenu l’otage de l’UDI. Bruno Retailleau a oublié ses convictions. C’est un technicien, pas un visionnaire. A l’inverse de ses choix, le FN s’inscrit dans la continuité de Philippe de Villiers : l’enracinement, la défense des départements et celle des valeurs traditionnelles fondées sur la famille ». Mais il n’oublie pas le PS régional, « notre premier adversaire », dont il faut corriger les erreurs de gestion par la fin du recours à l’emprunt et la mise en place d’un contre-budget drastique, fondé notamment sur le soutien à l’emploi et à la formation.

Bio express

Pascal Gannat, tête de liste du FN aux élections régionales à 60 ans. Marié à une enseignante sarthoise, et père de neuf enfants, il dirige deux sociétés de service financier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *