Sécurité à Savenay : y a-t-il des non-dits à la Mairie ?

800-440px-Savenay

Tribune de Baptiste Guérin, responsable du FNJ de la huitième circonscription de la Loire-Atlantique


Nous connaissons depuis maintenant de nombreuses années des attentats à répétition, mais pour les pouvoirs publics, il faut vivre avec. Macron a fait voter par ordonnance une loi dite « antiterroriste » qui n’a que le nom « d’antiterroriste ». Il faut presque se barricader dans nos plus petites villes, avant-hier à Paris, hier à Nantes, aujourd’hui à Savenay, au lieu de régler le problème de fond : l’ouverture totale de nos frontières et la liberté de prêche des imam extrémistes.

La commune veut dynamiser le centre-ville de Savenay, ce qui est une bonne chose. Elle a ainsi vendu le « monopole du commerce » au centre commercial de la Colleraye. Il y a été mis en place une patinoire et un petit espace « Noël », que nous ne pouvons qu’approuver. Mais autour de cette patinoire, nous pouvons apercevoir des plots en bétons en plus de grillages pour couper les routes, ce qui est pour le moins inédit car, même pour le marché de Savenay, cette protection n’est pas mise en place. Serait-ce un aveu du maire de la présence d’individus présentant un risque à Savenay ?

Cela laisse perplexe : est-ce que nos dirigeants nous cachent la présence de fichés S pour radicalisation islamiste, dans nos communes ?

Ce qui est sûr c’est que l’islam radical entre au plus profond de notre pays, entre dans nos établissements scolaires comme à Nantes, où un lycéen a récemment fait l’apologie du terrorisme, sans que cela ne suscite de réaction concrète de la part des pouvoirs publics.

Loin des mesures d’apparence prises par les mairies, qui traduisent leurs inquiétudes sur la question, et qui requéraient potentiellement des informations sur les individus dangereux présents sur le territoire de la commune, les pouvoirs publics sont contraints de prendre la mesure de la présence du terrorisme jusque dans nos communes, et de panser les conséquences, sans s’attaquer aux causes. Le renforcement des moyens de la police, ainsi que des barricades dans les lieux de forte affluence, sont devenus une nécessité. Il faut que les maires arment les policiers, et qu’ils aient davantage d’informations au sujet de la présence d’individus potentiellement dangereux sur leur territoire.

► SUR CE MÊME THÈME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *