Sécurité : David Samzun se rallie au FN

Communiqué de presse du Rassemblement Bleu Marine (RBM) de Saint-Nazaire

Nous apprenions vendredi après-midi le soudain revirement de David Samzun, maire de Saint-Nazaire, concernant les questions de sécurité publique. Lui et sa majorité, jusqu’ici si rétifs à l’idée de mettre en place une police municipale et un dispositif de vidéo-surveillance à Saint-Nazaire, entendraient enfin raison !

En effet, monsieur Samzun a annoncé dans le cadre d’une conférence de presse de dernière minute sa volonté de recruter dix policiers municipaux et d’installer la vidéo-surveillance aux abords de la gare, ainsi que sur les places des Droits de l’homme et de l’Amérique latine. A également été évoquée la sécurisation accrue des immeubles SILÈNE d’ici 2018, par l’ajout de digicodes. L’ensemble de ces mesures doit être délibéré en séance plénière du conseil municipal, le 26 juin prochain.

Faisant cela, le maire de Saint-Nazaire se rallie aux positions du Front national.

En effet, autant l’opposition n’a pas été associée au processus de décision — opaque comme souvent à Saint-Nazaire… — autant nous ne pouvons que nous féliciter de ces annonces car, à condition qu’elles deviennent concrètes, elles correspondent au mot près à notre programme politique en termes de sécurité.

On le comprendra mieux à la lecture de ces extraits du programme que défendaient Jean-Claude Blanchard et la liste Saint-Nazaire Bleu Marine (FN-RBM) lors de la dernière élection municipale, présenté en février 2014 :

« Nous proposons :

  • l’installation de caméras de surveillance sur les points sensibles de la ville ;
  • la création d’une police municipale. Elle aura plusieurs missions, telles que la sécurisation des personnes, des biens et des bâtiments en partenariat avec les habitants, l’enlèvement rapide des voitures « ventouse » dès repérage ou signalisation par les habitants, par civisme, et l’expulsion des squatteurs et la fermeture des lieux ;
  • la présence de la police municipale dans les lieux sensibles de la ville. »

Fidèle à ce programme, nos élus défendaient encore au conseil municipal, le 19 décembre dernier, la mise en place de la vidéo-surveillance dans les lieux les plus sensibles, commerces y compris, plutôt que les vaines politiques de « médiation » :

[La majorité municipale ne se presse] « pas de mettre en place dans notre commune une vidéo-surveillance que notre groupe juge, pour sa part, indispensable, et a d’ailleurs proposée dans son programme municipal. [Elle ne semble] qu’effleurer son installation à la gare, mais [réfléchit] en revanche à un « comité de pilotage ». (…) La police nazairienne, elle, ne [la] suit pas, en se déclarant « pour la vidéo dans les lieux ciblés », c’est-à-dire, en filigrane, nos commerces. »

Une fois encore, le Front national et ses élus sont précurseurs à Saint-Nazaire. Ils influencent positivement la vie sociale et politique de la Cité, en posant les mots justes des vrais débats : ceux qui concernent les Nazairiens.

Aujourd’hui, nos solutions sont appliquées par d’autres. En 2020, ce seront les nôtres !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *