Sur la politique culturelle du Front national à Saint-Nazaire

800-440px-mer

Communiqué de presse du Front national (FN) de Saint-Nazaire

Le 18 novembre dernier, en séance du conseil municipal de Saint-Nazaire, le maire, David Samzun, a cru pouvoir faire de l’esprit concernant la politique culturelle prônée par le Front national. Nos élus ayant évoqué, en séance, le type de créations proposés par le Grand café et la Maison des écrivains étrangers et des traducteurs, qui est régulièrement mis au débat, la majorité socialiste aura trouvé le moyen d’attaques faciles. En somme, selon le PS, le FN prônerait une politique culturelle de régression.

Assortissant sa critique de l’appel aux élus FN de faire savoir leurs propositions dans le cadre des Assises de la culture, monsieur Samzun se prend en réalité les pieds dans le tapis. D’abord, le FN a régulièrement fait savoir jusqu’ici des prises de position détaillées sur la vie culturelle nazairienne, depuis son programme municipal, présenté en février 2014, jusqu’à ces dernières semaines. Oui ! Bien sûr, le FN nazairien parle de culture, la politique éditoriale de notre médiathèque à la nécessité de s’ouvrir à une culture et une mémoire populaires, de nos réticences vis-à-vis de la Fête de l’Europe à notre volonté de vraiment réhabiliter la Soucoupe, en passant par notre souci constant de promouvoir commerce, animations et culture dans un centre-ville réellement redynamisé… etc. Ensuite, loin de se dérober, les patriotes comptent effectivement prendre part au débat de ces assises, en faisant savoir dans les semaines à venir leurs propositions en matière de culture.

Cette majorité est rarement avisée dans ses jugements. Pensant mettre nos élus en difficulté, elle leur offre souvent — bien que malgré elle — tribune à leurs opinions, croyant que le FN ne peut que protester, sans jamais proposer. Elle découvre alors, dépitée, que le FN précise régulièrement son programme pour Saint-Nazaire. Nous prouvons ainsi notre capacité à proposer, qui demain, sera celle à diriger. Le programme culturel de 2020 le prouvera, avec cette novation profitable à tous les Nazairiens, quelle que soit leur opinion, et plus encore leur vote, que nos adversaires politiques ne seront pas « proscrits » de l’offre culturelle de la ville, ou stigmatisés par elle, car, éclectiques dans nos choix, nous savons faire preuve d’une réelle ouverture d’esprit.

Nous gagnerons, et nous le prouverons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *