Traité TTIP : l’aveu de Mathias Fekl

Communiqué de presse de Florian Philippot‏, vice-président du Front national, député au Parlement européen

Les propos de Mathias Fekl, secrétaire d’État au Commerce extérieur, selon lequel les négociations autour du traité de libre-échange entre les États-Unis et l’Union européenne (TTIP) se déroulent dans un « manque total de transparence », sont un aveu grave qui impose au gouvernement français de passer de la posture aux actes.

Car monsieur Fekl va même beaucoup plus loin sur le fond. Il affirme en effet que le traité ne « va pas dans le bon sens », qu’il n’y a « pas de réciprocité » avec les États-Unis, et qu’il est contraire aux intérêts de la France dans les domaines des services, de l’agriculture et de l’arbitrage par des tribunaux privés.

Une fois plus, l’RPS a donc menti aux Français en évoquant un traité « gagnant-gagnant » qui allait stimuler la croissance et l’emploi, là où le Front national était seul à dénoncer un Big Bang ultra-libéral en préparation, qui allait bien au contraire saccager nos services publics, ruiner notre agriculture et laminer le peu d’industries qu’il nous reste.

Il importe en conséquence que le président de la République assume ses responsabilités, en rejetant dès à présent et de manière définitive un traité absolument nocif pour notre économie et contraire à nos intérêts stratégiques.

Monsieur Hollande doit d’autant plus assumer ses responsabilités que c’est lui qui a donné l’aval de la France pour laisser la Commission européenne négociée seule, au nom des États de l’Union européenne, ce traité de libre-échange avec les États-Unis. Or, la Commission n’a jamais défendu et ne défendra jamais les intérêts de la France. Elle est au service des puissances d’argent et d’une idéologie ultra-libérale qui ne fait aucun cas des intérêts supérieurs des États, à la grande différence des Américains qui savent, eux, où sont leurs intérêts.

Le Front national, au vu des déclarations très lourdes du secrétaire d’État au Commerce extérieur, engage donc le président de la République à clarifier la position de la France en déclarant nulles, par avance, les négociations autour du TTIP, et en engageant officiellement notre pays sur la voie d’une non-ratification unilatérale et définitive.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *