ZAD : Zorrotailleau A Dérapé !

800-440px-Retailleau

Communiqué de presse du groupe Front national-Rassemblement Bleu Marine au conseil régional des Pays de la Loire

Nous relevons beaucoup d’incohérences de la part groupe de presse Ouest France concernant sa participation à la campagne du conseil régional demandant la fin de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Celui-ci, en pleine confusion des genres, insère cette « publicité » tout en assurant plus loin, vouloir « faire vivre le débat démocratique, pour permettre à chaque partie d’exposer son point de vue ». Pour autant, il ne ferme pas les yeux sur ce juteux revenu publicitaire, qu’il prélève sur l’argent de la collectivité.

Et que dire du libre débat démocratique ? Le groupe Ouest France a constamment manqué d’impartialité au sujet du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Ainsi, durant les dernières élections, les analyses proposées par la liste Front national, conduite par Pascal Gannat, furent systématiquement passées sous silence dans les colonnes des journaux du groupe : depuis les communiqués et études que nous avons publié sur le sujet jusqu’au compte-rendu de notre colloque de Nantes, organisé en octobre 2015 aux côtés du Collectif Nouvelle écologie, qui rejoignait les conclusions du professeur Varlet, spécialiste de la géographie des transports, publiées dans Presse Océan il y a quelques semaines.

Ultime rebondissement, nous constatons ce lundi qu’un message du journal satirique Le Sans-culotte sur le piratage de la pétition anti-ZAD obtenait une réponse de la Région… par le biais de l’ancien compte de campagne Twitter du candidat Bruno Retailleau. Que l’on ne s’y trompe pas ! Derrière le sceau « Région des Pays de la Loire » qui marque cette campagne, il faut bien lire la griffe de Bruno « Zorro » Retailleau. Sur le dossier du nouvel aéroport, une fois de plus, l’arbitraire d’un président de conseil régional en campagne électorale perpétuelle prévaut sur la concertation citoyenne. Monsieur Retailleau donne l’image d’un politicien agité et dispersé, qui en plus de sa présidence récente de la Région et sa présidence du groupe sénatorial républicain, cumule encore une troisième fois avec un nouveau job de directeur de la communication du groupe Vinci. Ce mélange de genres finit par poser un réel problème et de vraies questions de priorités : Vinci ou la Région ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *